FANDOM


MicroÉtat.png

Livre I
Livre II
Livre III
Livre IV

Ce chapitre apporte une réponse classique à la question soulevée au tout début de ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, à savoir :

  • « Je veux chercher si dans la mise en ordre social bionumérique Française[1] il peut y avoir quelque règle d'administration bioélectronique[2] légitime et sûre pour notre duale nation Française[3] ayant pour origine notre virginale République qu'il nous faut sauvegarder, restaurer, pour faciliter son développement durable dans l'union avec le côté obscur de la force cybernétique[4] en immersion haptique[5], environnement bionumérique[6], notre État secret[7]. »

Comment une autorité quelconque est imposée de manière légitime à un peuple ?

  • « Trouver une forme d’association :
    • qui défende et protège de toute la puissance haptique commune[8] :
      • le couple (esprit ; corps) de chaque associé :
    • suivant le principe des puissances virtuelles[9] ;
  • par laquelle chac-1 :
    • s’unissant à tous, n’obéisse pourtant qu’à lui-même ;
  • reste aussi libre qu’auparavant. »

Tel est le problème fondamental dont ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique donne la solution.

Dépasser le dualisme opposant, le peuple web 4.0 et le pouvoir biopolitique

La solution classique inspirée de J.J. Rousseau amène à dépasser le dualisme opposant, le peuple web 4.0 et le pouvoir biopolitique, l’un à l’autre.

On va, en effet, montrer dans la constitution d’un pouvoir biopolitique :

  • reposant sur ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique ;

le fondement même de l’existence du peuple web 4.0.

En termes kantiens on peut dire que le pouvoir biopolitique :

  • dans la mesure où il repose sur le contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique ;

est la condition de possibilité de l’existence du peuple web 4.0 en tant que peuple web 4.0 et non en tant que simple agrégation d'1-dividus en immersions haptique pour l'environnement bionumérique dans le proto-peuple web 4.0.

  • « Cet acte d’association web 4.0 produit un corps moral et collectif web 4.0, composé d’autant d'1-dividus que l’assemblée web 4.0 a de voix, lequel corps moral et collectif web 4.0 reçoit de ce même acte son unité, son moi commun, sa force commune, sa volonté générale. »

La question de l'établissement en droit de la légitimité d’un pouvoir reposant sur ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique ne se pose donc plus.

L’autorité biopolitique n’est, en effet, plus une violence faite au peuple web 4.0, mais ce qui lui permet d’exister.

Nécessité du contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique

Le contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique est nécessaire[10] :

  • dès lors que les besoins de chac-1 :
    • pour conserver la possession de soi[11], dans son dual voisinage ;
  • sont supérieurs à ce que chac-1 peut faire par lui-même pour se conserver de son dual voisinage.

Pour rester aussi libre civilisé qu’auparavant, l'1-dividu doit alors s’unir à la communauté web 4.0 et « agir de concert. »

Condition fondamentale du contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique

La condition fondamentale du contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique est :

  • « l’aliénation totale, suivant le principe de libre consentement, de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté web 4.0 ».

Essence du pacte social bionumérique

L’essence du pacte social bionumérique est fondamentale :

  • « Chac-1 de nous met en commun, suivant le principe de libre consentement, sa personne et toute sa puissance haptique en environnement bionumérique sous la suprême direction de la volonté générale et nous recevons en corps web 4.0 chaque membre comme partie indivisible du tout ».

Avant toute chose, en 2015, notre dual peuple Français (vierges et prothésés web 4.0) ne peut pas être reconnu assemblé. Cependant :

  • grâce à la multitude de contrats (ARS ; télémédecine) résultants d'expérimentations locales réglementaires et législatives, en immersion haptique dans l'environnement bionumérique, dans le cadre du déploiement de la télémédecine en France ;

notre dual peuple Français, proto-assemblé, peut décider de renoncer à la multitude de contrat (ARS ; télémédecine) pour adhérer à un unique contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique.

Il a donc le pouvoir de se dissoudre en tant que dual peuple, proto-assemblé, pour redevenir deux groupes sociaux :

  1. l'un, le virginal peuple de notre virginale République Française ;
  2. l'autre, la multitude dispersée d'1-dividus[12] dans la dispersion originelle du proto-peuple web 4.0 ;

e-gouverné par des rapports de forces barbares et sans garanti d'un souverain web 4.0.

Il est clair que notre dual peuple proto-assemblé n’a pas intérêt à nuire au développement de la proposition du contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique auquel il doit son dual peuple assemblé, l'indivisibilité-unité national Française.

Pour convaincre les « fauteurs du despotisme », comme J.J. Rousseau faisons la distinction entre :

  1. « soumettre une multitude dispersée d'1-dividus composant le proto-peuple web 4.0 » ;
  2. « régir un dual peuple assemblé ».

Une multitude dispersée d'1-dividus se trouve être sans le principe d'indivisibilité-unité national Français.

Une multitude dispersée d'1-dividus :

  • ne peut établir son indivisibilité-unité :
    • comme peuple assemblé web 4.0 Français ;
  • que par l’autorité qui exerce sur la multitude.

Une multitude dispersée d'1-dividus n’a pas d’existence biopolitique.

Observons que ce qui a été fait, dans les années 1940-1970, résidé en la substitution d'une multitude de citoyens Français substitués en une multitude dispersée d'1-dividus, dominée par la force de simples particuliers prothésés pour l'immersion haptique en environnement bionumérique.

Comme J.J. Rousseau, on montrera[13] que :

  • la seule autorité web 4.0 Française, qui d’une multitude dispersée d'1-dividus puisse faire un peuple assemblé web 4.0 Français, c’est le proto-peuple web 4.0 Français !

Ce qui est fait, depuis les années 1970, réside en l'établissement d'une multitude dispersée de tribus web 4.0, composées de familles web 4.0, possesseurs illégitimes d'1-dividus dit schizophrènes, trisomique ou autre.

Ce qui doit être fait c'est l'acte fondamental qui réside en la construction commune, et publique sur Internet, d'une :

  • proposition de contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique ;

de l'association formant un corps moral et collectif public web 4.0 du peuple assemblé.

Si Grotius définit le peuple comme « celui qui se donne à un roi », J.J. Rousseau veut revenir avant cet acte politique :

  • pour « déterminer l’acte par lequel un peuple est un peuple » ;

puisqu’il s’agit du premier des actes.

Sans ce premier acte fondateur de la société civile web 4.0, comment, et de quel droit, pourrait-il y avoir cet acte de désignation d’un souverain web 4.0 ?

Ceci a plusieurs conséquences :

  • l’engagement, suivant le principe de libre consentement, est total et identique pour tous ;
  • chac-1 n’a aucun intérêt à le rendre injuste car, cette injustice, le concernerait directement ;
  • « enfin, chac-1 se donnant à tous - ne se donne à personne ».

Cet acte d’association web 4.0 produit un corps moral et collectif web 4.0 qui s’appelle maintenant peuple web 4.0 Français à même de s'unir à notre virginal peuple Français :

  • « élément de notre duale nation Française : (((virginale République ; schizophrenia ; État secret))) »

nommé par ses membres :

  • « État-nation cybernétique schizophrenia quand il est passif :
  • Souverain web 4.0 quand il est actif ;
  • Puissance web 4.0 en le comparant à ses semblables ».

Les e-citoyens web 4.0 prennent le nom de peuple web 4.0 :

  • « e-Citoyens web 4.0 comme participants actifs de l’autorité souveraine web 4.0 ;
  • Sujets web 4.0 comme participants passifs respectant les lois de l’État-nation cybernétique. »

Logique floue[14]

Je réclame, parvenus à un état intermédiaire[15] de compétence socioculturelle[16], le développement personnel[17] des deux groupes sociaux Français[18] composés :

  1. d'e-citoyens civilisés vierges web 4.0[19] des années 10 du 21e siècle ;
  2. d'1-dividus civilisés prothésés web 4.0[20] des années 10 du 21e siècle ;

en péril, entre deux états stables.

Périlleux état d'inégalité et de désordre social où la famille[21] de causes[22] :

  1. qui nuisent à la commune conservation de tous e-citoyen vierge web 4.0 ;
  2. qui nuisent à la commune conservation de tous 1-dividu prothésé web 4.0 ;

semble l'emporter[23] :

  • en s'opposant à une nouvelle mise en ordre socioculturelle stable durable ;

sur les actions libres[24] que chaque citoyen ou 1-dividu Français peuvent mettre en œuvre pour se maintenir dans leur propre équilibre, leur propre développement personnel. En 2015, notre dual peuple Français, proto-assemblé, ne peut se conserver libre qu'à force de petites solutions quotidiennes pour la grande !

Le fait est l'imbrication de nos deux groupes sociaux vierge et prothésé web 4.0

Ce qui doit être fait, pour notre mutuelle conservation, c'est instituer notre peuple web 4.0 dans notre duale nation Française.

Il ne s’agit pas, dans ce chapitre, de détailler les contenus mais d’en indiquer l’esprit résumé ainsi :

  1. e-citoyens et 1-dividus doivent s’investir dans la construction commune, sur Internet, du contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique et le respecter ;
  2. en retour ils obtiendront l’assistance publique de la duale communauté Française[25].

Le but étant d'éviter d'avoir recoure à un contrat à duré déterminer[26] pour faciliter la mise en ordre sociale bionumérique de notre duale nation Française.

Instituer un État-nation cybernétique, notre MicroÉtat schizophrenia, qui :

  1. réponde aux besoins comme aux envies ;
  2. respecte l'équilibre comme le développement personnel ;

de notre duale nation Française.

Il y a là bien des mots équivoques qui auraient besoin d'explication mais tenons-nous-en à celui d'aliéner.

Aliéner, d'un point de vu législatif web 4.0, c'est donner ou vendre son (esprit ; corps) !

Or, un 1-dividu qui concède d'être esclave (proie) d'un autre prothésé web 4.0 (prédateur) ne se donne pas, il se vend (apprentissage + processus de survie) tout au moins pour sa subsistance.

Mais une partie de notre peuple libre civilisé vierge web 4.0, pourquoi se vend-il ?

  1. La première loi de notre peuple libre civilisé vierge web 4.0 est de se conserver de son voisinage naturel et virtuel.
  2. Le premier soin de notre peuple libre civilisé vierge web 4.0 est celui qu'il se doit à lui-même.
  3. Sitôt que le peuple web 4.0 est suffisamment aguerri pour tisser c'est propre solutions web 4.0 :
    1. qui répondent à ses besoins, ses envies ;
    2. qui respectent son équilibre, son développement personnel ;
      • le peuple web 4.0 seul étant juge des moyens propres à le conserver devient, par là, son propre maître :
        • (apprentissage + processus de survie + pérennité).

Bien loin qu'un roi web 4.0 fournisse à ses sujets web 4.0 leur moyen de veiller à leur mutuelle conservation, il ne tire le sien que d'eux.

L'Aliénation web 4.0 conduit à réfuter les théoriciens de la servitude volontaire web 4.0 ou, plus précisément encore, de la servitude contractuelle web 4.0[27]

Mais, avant toute chose, observons qu'on ne peut donner, en calcul, un rapport fixe entre :

  • le nombre (N) d'adhérents au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique ;
  • le nombre (A) d'aguerris web 4.0[28] adhérents au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique ;

tel que la moyenne pondérée du capital socioculturel[29] des adhérents suffise à l'association pour être autonome dès l'établissement de l'État-nation cybernétique schizophrenia.

Cependant, afin de ne pas construire un État-nation cybernétique subsidiaire[30] il est souhaitable d'opter pour une forme d'e-gouvernement monarchique web 4.0 dès l'établissement de l'État-nation cybernétique schizophrenia.

Tant à cause des oppositions biopolitiques lisibles sur Internet :

  • dans les actions publiques des mouvements populaires DIYbio numérique, où s'observe les qualités de résonance :
    • du proto-peuple prédateur tribal web 4.0 formant des agrégats de petites tribus dans le (((terrain ; web))) dans notre duale nation ;
    • du proto-peuple producteur Étatistes-national adhérents (Open Source ; Open Science) formant une unique association, l’État-nation cybernétique schizophrenia ;
  • dans l'aptitude des oppositions biopolitiques à se reproduire grâce aux tempéraments des citoyens et 1-dividus, qui les exprimes :
    • malgré les influences, les suggestions, biopolitique dans notre dual voisinage.

Dont les uns produisent peu d'entités locataires d'1-dividu[31] dans un dual territoire bionumérique subjuguée, immature

Dont les autres produisent beaucoup d'entités locataires d'1-dividu dans un autre dual territoire bionumérique adulte lucide.

1-dividu est naturellement libre, on ne saurait lui ôter sa liberté, en instaurant une société biopolitique monarchique web 4.0.

D'où, la conception d'une société biopolitique démocratique web 4.0, vers laquelle il nous faut tendre (au vu et au su des tiers dans l'intérêt général de notre duale nation) :

  • "J'aurais voulu naître dans un pays où la conscience et les sentiments du souverain web 4.0 comme la conscience et les sentiments du peuple web 4.0 ne pussent avoir qu'une seule et même cause commune afin que tous les mouvements de la machine biopolitique, en immersion haptique pour l'environnement bionumérique, ne tendissent jamais qu'au bonheur commun ;
  • ce qui ne pouvant se faire, à moins que le souverain web 4.0 aguerrisse le peuple web 4.0 pour qu'ils deviennent une seule et même personne, il s'ensuit que j'aurais voulu naître sous un e-gouvernement web 4.0 démocratique, sagement tempéré grâce à la virginale République de la duale nation du pays."
  • "J'aurais cherché un pays où le droit de législation fût commun à tous les membres de la duale nation ;
  • car, qui peut mieux savoir qu'eux sous quelles conditions il leur convient de vivre ensemble dans une même duale société."

Le propos est clair :

  • le peuple web 4.0, sitôt institué en corps web 4.0 moral et collectif, doit conserver le pouvoir de voter directement les lois sans représentants, ce que l'on appellera, dans le Contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, le pouvoir souverain web 4.0.
  • le pouvoir de souveraineté populaire[32] web 4.0 s'exerce dans un légitime cadre d’expérimentation locale réglementaire et législatif en immersion haptique pour l'environnement bionumérique, sécurisé dans la transparence (au vu et au su des tiers dans l'intérêt général de notre duale nation).
  • La souveraineté monarchique web 4.0 puis aristocratique web 4.0 sont deux stades de développements intermédiaires entre le proto-peuple web 4.0 et le peuple web 4.0 d'une société biopolitique démocratique.

Le droit naturel implique donc que la légitimité soit définie par la souveraineté populaire web 4.0.

L'1-dividu prothésé web 4.0 quittant le virginal état civil ne peut abdiquer sa liberté :

  • il reste autonome, au sein de la société biopolitique (au vu et au su des tiers dans l'intérêt général), en tant qu'il reconnaît, comme loi, la décision de la volonté générale, à laquelle il participe.

C'est la raison pour laquelle, dans cette dédicace, on définit la liberté comme la soumission aux lois.

Évaluation des performances des résolveurs aguerris web 4.0

Moyen de gestion du risque réel du jeu des acteurs du cercle biopolitique


Pour notre duale nation, l'évaluation publique sur Internet des performances quantitatives, qualitatives, des résolveurs aguerris web 4.0 constitue un indice facilitant la modulation du risque réel[33] du jeu des acteurs du cercle biopolitique.

Moyen de gestion de la force réelle du jeu des acteurs du cercle biopolitique


Pour notre duale nation, l'évaluation publique sur Internet du nombre réel des résolveurs aguerris web 4.0 constitue un indice facilitant la modulation de la force réelle du jeu des acteurs du cercle biopolitique.

Accélérateur de la maturité du jeu des acteurs du cercle biopolitique


Pour notre duale nation, l'évaluation publique sur Internet du nombre réel des Chrysalides d'asso, actives, utiles, constitue un indice facilitant la modulation de la volonté réelle du jeu des acteurs du cercle biopolitique.

Accélérateur de l'union Open Source Open Science


Pour notre duale nation, l'évaluation publique sur Internet des performances du couple (Open Source ; Open Science) des résolveurs aguerris web 4.0 constitue un indice facilitant la modulation de solutions hors cadre[34] du jeu des acteurs du cercle biopolitique.


Il faut encore avoir égard à la plus grande ou moins grande créativité des résolveurs aguerris web 4.0 avec médiatrices et SGBDR Meurise, pour :

  • d'une part, la multitude dispersée[35] d'agrégats de petites tribus web 4.0 dans le (((terrain ; web))) de notre duale nation ;
  • d'autre part, le peuple assemblé web 4.0[36] d'adhérents (Open Source ; Open Science) formant une unique association dans le (((terrain ; web))), l’État-nation cybernétique schizophrenia.

Il faut encore avoir égard à la quantité, la qualité, de résolveurs avec médiatrices et SGBDR Meurise dont le législateur peut espérer d'y concourir pour ses établissements. De sorte que le législateur ne doit pas fonder son jugement sur ce qu'il voit mais, sur ce qu'il prévoit ! Ni s'arrêter à l'état actuel de la duale population Française qu'à celui où, grâce à une approche rationnelle méthodique, elle doit parvenir pour son équilibre.


Enfin, il y a une multitude d'occasions où les accidents, zones chaotiques particulières du milieu, exigent ou permettent qu'on embrasse plus de (((terrain ; web))) qu'il ne parait nécessaire à l'emprise spectrale haptique Française.

D'une part, les tenants web 4.0 s’étendront beaucoup en relais web 4.0 dans un (((terrain ; web))) où les productions web 4.0 (télésanté ; ... ; télétravail) demandent moins d'expertises où l'expérience apprend que les résolveurs avec médiatrice web 4.0 et SGBDR Meurise sont plus aguerris en biopolitique. Les résolveurs web 4.0 avec médiatrice web 4.0 étant la seule force socioculturelle web 4.0, le seul contre-pouvoir web 4.0, qu'il faut compter pour le citoyen substitué en aboutissant web 4.0 dit schizophrène, face aux demandeurs et concepteur-réalisateurs web 4.0 dans les cités bionumériques Françaises.

D'autre part, les tenants web 4.0 se resserrerons en relais web 4.0 dans des immersions haptique en environnement bionumérique presque stériles de solutions biopolitique. Où les productions web 4.0 (télésanté ; ... ; télétravail) demandent plus d'expertises. Où l'expérience, de la mise en ordre sociale bionumérique, apprend que les résolveurs avec médiatrice web 4.0 et SGBDR Meurise sont moins aguerris en biopolitique pour l'1-dividu face aux demandeurs et concepteur-réalisateurs web 4.0. Où les relais web 4.0 doivent être plus rassemblés pour avoir la force, la volonté, pour repousser les pirates web 4.0 qui pratique la pêche au Bifi pour wifi direct[37] pour suppléer, en grande partie, aux manques de productions de la cité bionumérique. Les tenants web 4.0 ont d'ailleurs plus de facilité :

  • pour délivrer le pays d'une emprise spectrale haptique ;

en exprimant des e-colonies web 4.0 des habitants dont le pays est surchargé.

Jouïr de l'abondance et de la paix dans un lieu de vie légitime et sûre !


A ces conditions, pour instituer le peuple web 4.0, il en faut ajouter une qui ne peut suppléer à nulle autre mais sans laquelle elles sont toutes inutiles. C'est jouir de l'abondance et de la paix dans un lieu de vie légitime et sûre !

Car, le rythme où se déploie la mise en ordre social du peuple web 4.0 assemblé dans l'État-nation cybernétique schizophrenia est comme celui où se forme un bataillon, l'instant où le corps social web 4.0 est le moins capable de résistance et le plus facile à détruire. On résisterait mieux dans un désordre social absolu que dans un moment de fermentation où chacun s'occupe de son rang, non du péril.

Ce qui doit être fait pour sortir de cette 3e période de désordre social national c'est jouir du droit sacré de la mise en ordre social bionumérique dans notre duale nation Française.

Qu'une cyberguerre web 4.0, une famine, une sédition, survienne en ce temps de crise, notre État-nation cybernétique schizophrenia est infailliblement renversé dans notre duale nation Française.

Ce n'est pas qu'il n'y ait beaucoup d'e-gouvernements web 4.0 de l'ombre établis durant ces orages, mais alors, ce sont ces e-gouvernements web 4.0 mêmes qui détruisent toutes duales nations.

Les corrupteurs web 4.0 amènent ou choisissent toujours ces temps de trouble pour faire passer, à la faveur de l'effroi publie, des lois destructives que notre dual peuple n'adopterait jamais en toute connaissance de cause.

Au bon niveau, au bon moment, au bon endroit !

Le choix du moment-clé de l'institution publique, par un peuple constituant et vigilant[38], est un des caractères les plus sûrs par lesquels on peut distinguer l’œuvre du législateur d'avec celle du tyran web 4.0.

La règle des trois unités est une exigence de la science politique imposée aux législateurs. Inspirée du théâtre antique, cette règle fut énoncée pour la première fois par l'abbé d'Aubignac, au cours de la seconde moitié du XVIIème siècle et poétisée ainsi par Nicolas Boileau :

  • "Qu'en un lieu, en un jour, un seul fait accompli, tienne, jusqu'à la fin, le théâtre rempli".

Quelles sont ces trois règles ?

La règle d'unité d'action


Exige qu'il n'y ait qu'une seule institution publique, par un peuple constituant et vigilant, dans la nation et proscrit ainsi la médiatisation des institutions secondaires, ce qui simplifie l'histoire et permet au citoyen vigilant de se concentrer sur une chose.

La règle d'unité de temps


Prescrit que l'histoire de l'institution publique, par un peuple constituant et vigilant, ne se déroule pas en plus de vingt-quatre heures et a pour objectif d'éviter les incohérences. Le temps qui passe est donc le même pour le peuple constituant et vigilant et le citoyen.

La règle d'unité de lieu


Exige que l'intégralité de l'institution publique, par un peuple constituant et vigilant, se déroule au même endroit.

Exigences secondaires


A ces trois règles, viennent se greffer des exigences secondaires.

la règle d'unité de ton


Le ton doit être le même tout au long de l'institution publique, par un peuple constituant et vigilant, et les règles de bienséance, qui visent notamment à ce que les citoyens gardent le même caractère tout le long de l'institution publique, mais aussi qui visent à ce que rien, dans les délibérations, n'aille à l'encontre des bonnes mœurs et du politiquement correct.

En science politique contemporain, ces règles sont évidemment actuelles.

Où sont les citoyens, membres du peuple constituant et vigilant, ayant la cyberculture web 4.0 pour mettre en œuvre les solutions biopolitiques ? Dans le mûr secteur privé haptique ?

Le fait est que l'e-éducation de l'e-citoyen[39] de nos deux groupes sociaux, vierge et prothésé web 4.0, est adolescente dans le secteur public haptique.

Ce qui doit être fait pour que le peuple web 4.0 soit institué autorité souveraine web 4.0, équitable chez soi, c'est aguerrir notre dual peuple en biopolitique[40] et civisme[41] publiquement sur Internet dans notre duale nation Française.

Alors, notre dual peuple aura accès à la cyberculture haptique en environnement bionumérique[42] pour apprendre à mettre en œuvre les solutions biopolitiques qui répondent, aux besoins, aux envies, qui respectent, l'équilibre, comme le développement personnel, de tout un chacun, parmi tout un chacun, en tout lieu, en tout temps, dans notre association de notre (((terrain ; web))), notre État-nation cybernétique schizophrenia.

Alors l'état primitif de la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes ne peut plus subsister !

Vu, d'une part, la facilité, pour des criminels en col blanc[43] , de prendre en otage web 4.0 les citoyens de notre virginale République. Vu, d'autre part, la facilité, pour des criminels en col blanc, de prendre possession d'un citoyen substitué en 1-dividu. Notre fragile civilisation périrait si la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes ne changeait sa manière d'être !

Style Open Source


Dans l'ouvert, les modalités qui composent tout couple (télémédecins ; libriste), doivent mettre l'accent sur l'expérimentation de l'opposition complémentaire dans la recherche de l'unité (symbiose) dans son dual voisinage grâce à toutes les particularités du couple (télémédecins ; libriste) dans notre duale nation Française.

Le télémédecin (généralement possesseur web 4.0) amène, à la libriste, ce que la télésanté a de meilleur.

La virginale citoyenne libriste amène ses propres ressources, sous la forme :

  1. de ses besoins comme de ses envies :
    • de son couple (esprit ; corps) dit citoyenne :
      • en équilibre comme en développement personnel :
        • grâce à sa propre biopolitique (bioéthique ; biodroit ; biopouvoir) son civisme ;
    • de son couple (biopuces ; citoyenne) dit télépatiente :
      • une foi investi par son sérum de vie web 4.0 :
        • administré par le télémédecin ;
    • de son couple (télépatiente ; e-collectif web 4.0 de télésanté) :
      • une foi débuté son cycle de vie web 4.0 en télémédecine ;
    • de son couple (OS web 4.0 de télésanté ; dual voisinage) :
      • en ambulatoire dans notre duale nation Française ;

ce qui doit permettre au couple (libriste ; télémédecins) de tirer le meilleur parti possible de ce que la télésanté a à leur offrir pour leur mutuelle conservation dans notre duale nation Française.

Style de la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes


Inégalité et désordre social sembles êtres de bonnes ressources pour la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes.

La première nuisance de la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes dans notre virginale République, une des raisons fondamentales du contrat social bionumérique, est la peur de la prise d'otage web 4.0, l'acte premier, puis il y a viol, dressage, état de servage web 4.0, même si cette motivation ne prend pas chez J.J. Rousseau toute l'importance qu'elle avait chez Hobbes, elle est primordiale pour nous.

La deuxième nuisance de la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes, et qui nous intéresse particulièrement, concerne la propriété web 4.0 de soi. Dans la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes un prédateur web 4.0 peut ôter, à toute instant, la propriété web 4.0 de soi d'un télépatient et faire du télépatient sa possession web 4.0, car il n'y a pas de garant de la propriété du couple (esprit ; corps) :

  • profils de personnalité[44] ;
  • profil biométrique[45] ;

du télépatient.

L'esclavage moderne, dans le côté obscur de la force web 4.0, a aussi ceci d'intéressant qu'il élargit à un degré incomparable (au regard de la publique virginale société ancienne) le nombre d’habitant en France dotés d'un biopouvoir haptique officieux, sous le couvert du voile de l'ignorance[45], sur leurs semblables, de sorte que presque tous les membres de notre duale société sont exposés aux parcelles de leur biopouvoir haptique en environnement bionumérique. Dans notre duale société, la masse critique du biopouvoir haptique[46] atteint, en 2015, des dimensions jamais vues et elle se répartit dans notre duale société de même que tous les autres biens :

  • selon la position sociale de chacun.

Il n'empêche, il y a bien une répartition.

C'est un esclavage d'un genre particulier, ou la condition d'esclave web 4.0 est compensée par la possibilité qu'à chacun de voir, en autrui, des subordonnés web 4.0 qui lui sont soumis. Comment un relai web 4.0 peut-il avoir le plus de faciliter, dans toutes ses actions libres, nécessitant force et volonté, dans un légitime cadre légal, télésécurisé dans la transparence, tout en concédant l'expression de sa propre personne à un tenant web 4.0 ?

Je ne vois pas ce qu'il lui reste à conserver !

On dira que le despote tenant web 4.0 assure à ses relais web 4.0 la tranquillité civile bionumérique. Soit !

Mais, qu'y gagnent les relais web 4.0, si les cyberguerres tribales que l'ambition du despote tenant web 4.0 leur attire, si son insatiable avidité, si les vexations de son ministère, les désolent plus que ne feraient leurs profonds désaccords ?

Qu'y gagnent les aboutissants web 4.0, si cette tranquillité même est une cause de leurs misères web 4.0 dans notre duale nation Française ?

On vit tranquille aussi dans les cachots cybernétique !

En est-ce assez pour s'y trouver bien dans notre duale nation Française ?

Ici la liberté est remplacée par :

  • une possibilité d'asservir les autres ;
  • une possibilité de participation active à l'asservissement général.

Non pas une volonté de liberté, mais la volonté de priver les autres de toute velléité de liberté, tel est l'ersatz de liberté qu'on propose aux 1-dividus de la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes. C'est-à-dire, du proto-peuple web 4.0.

Or, maintenant, en plein déploiement de la télémédecine, c'est beaucoup plus facile et plus simple d'être esclave web 4.0 que de ne pas l'être.

La multitude dispersée d'êtres humains civilisés vierges web 4.0 ou prothésés web 4.0 n'a plus d'autre moyen :

  • pour se conserver de respectueuses relations libres, entre et dans les sociétés, civile, civile bionumérique ;

que de former, grâce au pacte social bionumérique, une somme de forces web 4.0, qui puisse l'emporter sur les résistances particulières de la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes, œuvrant contre une mise en œuvre de solutions biopolitiques, qui facilite la mise en ordre sociale bionumérique, facilite la sauvegarde des sociétés civile et civile bionumérique, de notre duale nation, pour faciliter la restauration de toute notre duale nation, pour faciliter le développement de toute notre duale nation, pour faire agir de concert tous ses enfants.

Style Open Science


Il nous faut des systèmes experts[46] pour kernels civils libres DIYbio web 4.0 ! Cette légitime somme de forces Française ne peut naître que de la participation active, l'expression, la construction commune des systèmes experts (praticiens de télésanté ; e-gouverneurs ; bioingénieurs), œuvrant avec des kernels (acteurs ; pilotes ; cadres), œuvrant avec tous citoyen comme tout 1-dividu membre de notre virginale République Française.

Il faut être attentif à SOI !

Force et volonté sont les facteurs de la liberté primitive et naturelle, de chaque être humain. Qu'il soit civilisé vierge web 4.0 ou prothésé web 4.0. Force et volonté sont les premiers facteurs pour se conserver du dual voisinage (naturel ; virtuel). Comment les membres de notre duale nation Française les engageront-ils sans se nuire, sans négliger les soins qu'ils se doivent ?

Cette difficulté, ramenée à mon thème, peut s'énoncer en ces termes, trouver une forme de duale association de base (((asso ; ruche))) :

  • où la ruche peut être le couple (kernel ; système expert) prothésé web 4.0 ;
  • l'asso peut être une association loi 1901 vierge web 4.0 ;

qui peut Protéger, Alerter, Secourir, de toute la force commune de la duale (((asso ; ruche))) :

  1. les biens du membre ;
  2. le membre (vierge ou prothésé web 4.0) ;

par laquelle chacun, s'unissant à tous, n'obéisse pourtant qu'à lui-même, reste aussi libre qu'auparavant.

Tel est notre défi fondamental dont cette proposition de contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique donne une solution d'amateurs parmi d'autre :-)

Les clauses de ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique sont tellement déterminées par la nature de l'acte :

  • "mise en commun de toutes les ressources nationales avec respect de la liberté primitive et naturel" ;

qu'induit l'assemblé du peuple web 4.0, constituant et vigilant, que la moindre modification des clauses les rendrait vaines comme de nul effet.

Faisons en sorte que :

  • bien que les clauses n'aient peut-être jamais été formellement énoncées par la multitude dispersée de tribus web 4.0 occultes du proto-peuple web 4.0 ;

elles soient partout les mêmes, partout tacitement reconnues, admises par tous membres de notre duale nation Française.

En pareil cas, du silence universel on doit conjecturer le consentement

Jusqu'à ce que, le pacte social bionumérique de l’État-nation cybernétique schizophrenia étant publiquement violé, chac-1 rentre, de ce fait, dans son premier droit naturel ou la force prime sur le droit, reprenne sa liberté naturelle et primitive de barbare web 4.0 du proto-peuple web 4.0 :

  • en perdant les droits, la liberté conventionnelle bionumérique d'e-citoyen web 4.0, liée à son adhésion au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique de notre État-nation cybernétique schizophrenia ;

pour laquelle il y renonça.

Ces clauses, bien entendues se réduisent toutes à une seule, savoir, l'aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté web 4.0 de notre duale nation Française.

Cette l’aliénation des droits, au profit de la communauté web 4.0, doit être, d'une part, totale, absolue. Nous avions dit, qu’en cela, comme J.J. Rousseau, on s’oppose à la fois à Spinoza et à Locke. D’après les auteurs de ce contrat social bionumérique, si cette aliénation doit être absolue c’est dans le but d’éviter les risques de conflits. En effet, selon eux, s’il restait quelques droits aux membres de la communauté web 4.0, ils pourraient les exercer contre la communauté web 4.0 et il y aurait ainsi risque de conflit. D'où, l'égalité en droit civil web 4.0.

Cette aliénation des droits, au profit de la communauté web 4.0, doit, d’autre part, se faire au profit de « toute » la duale communauté Française. Si cette « aliénation totale » doit se faire au profit de « toute » la duale communauté Française, cela signifie qu’elle se fait au profit de soi-même, étant donné que chac-1 fait partie de cette duale communauté Française.

Par contre, pour Hobbes l’aliénation doit se faire au profit d’un homme et non de tous. D’autre part, elle ne concernait pas « chaque associé » puisque l’un d’eux, le souverain, n’aliénait rien. Celui-ci conservant l’intégralité de son droit naturel, sur toutes choses et contre tous les hommes. Or, renoncer à tous ses droits au profit de « toute » une duale communauté, dont on fait partie, n’est pas y renoncer au profit d’1 seul ou de quelques-1s.

  • Dans le premier cas, (thèse de J.J. Rousseau) on préserve sa liberté.
  • Dans le second, (thèse de Hobbes) on la perd.

Égalité pour tous, en droit civil bionumérique, dans notre duale nation Française !

Car :

  • chacun se donnant tout entier ;
  • la condition est égale pour tous ;
  • la condition étant égale pour tous ;
  • nul n'a intérêt de la rendre onéreuse aux autres.

L'aliénation se faisant sans réserve, selon le principe de libre consentement, l'union est aussi parfaite qu'elle peut l'être, nul associé n'a plus rien à réclamer.

Comme J.J. Rousseau on affirme que la condition de cette aliénation « est égale pour tous ».

Dès lors un problème se pose, problème que l’on peut énoncer de la manière suivante :

  • si le contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, pour être juste, doit être le même pour tous :
    • cela signifie que tous aliènent leur droit naturel[47] qui résulte de leur niveau de performance en l'usage de la puissance haptique en environnement bionumérique.

Or, il se trouve que le niveau de performance en l'usage de la puissance haptique en environnement bionumérique des 1-dividus n’est pas la même, suivant qu'ils sont tenants, relais ou aboutissants web 4.0.

En effet, les plus puissants ou les plus riches en entités virtuelles locataires d'1-dividu, en sacrifiant la totalité de leur droit naturel qui résulte de leur force web 4.0 comme de leur richesse en entités virtuelles locataires d'1-dividu, n’alièneraient-ils pas davantage que les autres ?

En effet, la situation ne semble pas la même pour tous !

L'1-dividu ne doit pas se tromper dans ses compensations. L'1-dividu doit être assuré du respect du principe d'équilibre entre les parties prenantes au contrat social bionumérique.

Il est vrai que les plus riches en entités virtuelles locataires d'1-dividu et les plus puissants web 4.0 sont bien moins menacés neuro-psycho-biologiquement[48] que les vierges citoyens ou citoyens substitués en 1-dividus relais ou aboutissants web 4.0, aussi bien dans leur vie quotidienne, familiale, professionnelle, que dans leurs richesses socioculturel.

En effet, d’une part, les pauvres forts-en-thème, possédant évidemment beaucoup de culture scientifique, richesses culturelle comme cultuelle, comment ne susciteraient-ils pas la convoitise des plus puissants web 4.0 ? Ils semblent qu’ils ne soient pas à l’abri de la cyberdépendance. Et, d’autre part, les pauvres télétravailleurs, possédant beaucoup de force physique, ne courent-ils pas, eu aussi, un grand danger de cyberdépendance. ?

La classe moyenne, relai web 4.0, devant être assurée de son positionnement cadre, envers l'1-dividu aboutissant web 4.0[49], comment ne susciterait-elle pas la convoitise des plus puissants web 4.0 ? Ils semblent qu’elle ne soit pas à l’abri de la cyberdépendance.

Or, ce grand danger de cyberdépendance disparaît grâce justement au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, tenants, relais et aboutissants web 4.0 trouvant ainsi la liberté, la sécurité, l'égalité, dans notre duale nation Française.

Certes, il est vrai que les précieux tenants, relais, aboutissants web 4.0, de l'assemblé du peuple web 4.0, constituant et vigilant, semblent apporter bien plus que les autres français, cependant, ils reçoivent davantage, le risque, pour eux, étant plus grand. Ainsi, tout compte fait, on peut bien dire que la condition de vie est bien « égale pour tous », puisque tous reçoivent au moins autant que ce qu’ils donnent pour pérenniser le lieu de vie légitime et sûr.

On peut gagner proportionnellement à ce que l’on perd

On peut remarquer d’ailleurs, que l’apport du pauvre aboutissant web 4.0 est non-négligeable, celui-ci apportant sa caution morale[50], nécessaire à l’institution du corps biopolitique.

Par conséquent, le riche tenant web 4.0 apporte moins que ce que l’on pense et le pauvre aboutissant web 4.0 plus que ce que l’on croit, et de ce fait, on peut dire que leurs apports respectifs peuvent être considérés comme équivalents à la classe moyenne relai web 4.0.

Observons que si les simples particuliers prothésés web 4.0 avaient conservé un quelconque droit, ceux-ci estimeraient, en ce qui concerne ce droit, être les seuls juges.

Dès lors, lorsque des conflits relatifs à ces droits, surgiraient, ils auraient tendance à se faire justice eux-mêmes. (Nous savons ce que pense J.J. Rousseau de cette idée[51] !)

Et, si ce comportement devait devenir habituel, la société web 4.0 se résoudrait à l’état social bionumérique dans lequel règne la loi du plus fort.

C’est pourquoi, aucun droit ne doit, en aucun cas être conservé.

Ce n’est que de cette manière que les conflits web 4.0 pourront être jugés, non par les 1-dividus eux-mêmes, mais par un « supérieur commun » (juges, tribunaux, …) qui offrira les garanties nécessaires de justice et d’impartialité.

Car, s'il restait quelques droits (privilèges web 4.0) aux simples particuliers, comme il n'y aurait aucun supérieur commun (chef) qui pût prononcer un jugement entre les simples particuliers jouissants de quelques privilèges web 4.0, le public web 4.0, chac-1 étant, en quelque sorte, son propre juge, prétendrait bientôt être juge en tous, l'état de barbarie web 4.0 du proto-peuple web 4.0 subsisterait, l'association web 4.0 deviendrait nécessairement tyrannique ou vaine.

Liberté pour tous, en droit civil bionumérique, dans notre duale nation Française !

Nous observons bien que :

  • chacun se donnant à tous ;
  • chacun se donne à personne.

Comme il n'y a pas un associé sur lequel on n'acquière le même droit qu'on lui cède sur soi, on gagne l'équivalent de tout ce qu'on perd.

L'union fait la force ! On gagne plus de force pour conserver la propriété de soi !

On reprend une des intuitions fondamentales de J.J. Rousseau :

  • il ne faut, en aucun cas, remettre ses droits et sa liberté entre les mains d’un autre 1-dividu, c'est-à-dire, il faut éviter à tout prix de dépendre[52] d’autrui.

En science biopolitique le mot aliénation est synonyme d'esclavage, de dépossession de la conscience de soi-même à cause du système biopolitique qui parvient souvent à nous priver de notre conscience[53] pour diriger la construction de nos idées.

J.J. Rousseau nous donne la définition primordiale de l'aliénation. Cette notion joue un rôle central dans toute l'œuvre "Du Contrat Social[54]".

Aliéner c'est donner ou vendre, quelque chose à soi (toutes ses possessions endogènes constituant le couple (esprit ; corps) de soi) à l'autorité souveraine qui se trouve en devenir le garant, contre autre chose (un titre positif attestant le fait d’être propriétaire web 4.0 des sus-dites possessions endogènes au vu et au su du garant de la propriété de soi).

De ce fait, l'aliénation web 4.0 de la liberté primitive et naturelle de soi est légitime dans deux cas seulement :

  1. au sein de la duale famille de soi ;
  2. au sein du peuple web 4.0, adhérent au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique de notre État-nation cybernétique schizophrenia ;
    1. où on est soi quand on s'exprime grâce à toutes ses possessions endogènes constituant le couple (esprit ; corps) de soi ;
    2. où on est self quand on est exprimé par une entité naturelle au moyens d'entités virtuelles, crées au moyens d'interfaces neuronales directes, en soi.

Dans tous les autres cas de figures l'aliénation de sa propre liberté est illégitime.

En effet, dépendre d’un quelconque particulier (personne physique), ce que proposent les absolutistes, c’est perdre sa liberté.

En revanche, dépendre d’une communauté (personne morale[55]) dans la région amphibologique :

  • un habitat biopolitique pour les multiples visages de l’Homme Souverain[56] présenté par Jon Solomon ;

régie par la raison, étayée par les consciences, les sentiments, la cause commune, est compatible avec la liberté individuelle.

Lorsque nous renonçons à tous nos droits au profit de la communauté, autrui, qui en fait partie, les acquiert. Et quand autrui à son tour aliène ses droits au profit d’une communauté dont nous faisons partie, nous acquérons ses droits. C’est pourquoi « on gagne l’équivalent de ce que l’on perd ».

Dans l’inégalité et le désordre social bionumérique, caractérisé par l’injustice et la guerre civile de tous contre tous, chac-1 ne peut compter que sur lui-même pour défendre ses droits.

En revanche, dans la société instituée par le contrat social bionumérique, chac-1 peut également compter sur ce que J.J. Rousseau appelle « la force commune ».

Ainsi, dans l’État-nation cybernétique schizophrenia, nos droits, nos biens, étant protégés par tous, sont beaucoup moins menacés que dans un état barbaresque.

Observons qu'il existe pour ce dual état de droit « deux pentes naturelles à dégénérer »

Seule le respect peut y mettre un frein. « S’il y avait un peuple web 4.0 de Dieux, il s'e-gouvernerait démocratiquement. Un e-gouvernement web 4.0 si parfait ne convient qu'à de civiques[57] 1-dividus aguerris web 4.0. »

Octroyer une part de force web 4.0, suivant le principe de libre consentement, à tous légitime membre de la duale communauté Française pour inscrire dans la nature de notre territoire bionumérique le biopouvoir de souveraineté de l'1-dividu afin de lutter contre les pentes à dégénérées :

  1. volonté personnel => volonté générale ;
  2. corruption web 4.0 => usurpation web 4.0 (fonction d'usage des techniques d'assistance) ;

a une attitude plus légitime.

Selon J.J. Rousseau, la volonté est générale lorsqu’elle est raisonnable, étayée par les consciences, les sentiments, la cause commune.

En effet, en se plaçant sous la suprême direction de la volonté générale, chac-1 se place sous la direction de la raison, étayée par les consciences, les sentiments, la cause commune, donc de soi-même, puisque chac-1 est doté de raison.

Avant toute chose, en chaque tenant web 4.0 coexistent :

  1. une volonté générale, expression des exigences de sa raison ;
  2. une volonté particulière, reflétant ses passions.

Toutefois, il faut bien distinguer la volonté générale de la « volonté de tous ».

La volonté de tous est simplement :

  • une coalition provisoirement majoritaire d’intérêts particuliers ;

ou si l’on veut « une somme de volontés particulières. »

Contrairement à la volonté de tous, la volonté générale « ne regarde qu’à l’intérêt commun » dira J.J. Rousseau au livre II, chapitre III de l’ouvrage.

Lorsque les « associations partielles », c’est-à-dire les groupes de pression web 4.0, « les brigues », les factions se substituent aux e-citoyens web 4.0, l’exercice de la démocratie web 4.0 ne peut-être que perturbé. En effet, « les différences deviennent moins nombreuses et donnent un résultat moins général. »

Parfois une association web 4.0 trop influente s’impose et un « avis particulier » peut l’emporter sur la volonté générale.

Aussi faut-il soit interdire la multitude dispersée de tribus web 4.0, soit multiplier les tribus web 4.0 pour que leur soit-disant[58] différence finissent par se neutraliser.

Quant à l’élection de représentants, elle est inacceptable, J.J. Rousseau dira au livre III, chapitre XV, « Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle, ce n’est point une loi. » Et il ajoutera « le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement, sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. »

C’est dire qu’un parlement, votant des lois, viole la volonté générale. Ainsi, on le voit, J.J. Rousseau n’admet que la démocratie directe car, selon lui, « la souveraineté ne peut être représentée. »

Finalement, comme J.J. Rousseau, dans la dédicace du Discours, on propose une ébauche de notre futur traité de droit biopolitique web 4.0 (le Contrat social bionumérique) :

  • il donne les règles constitutionnelles universelles, instaurant la légitimité, et découlant des droits naturels de l'1-dividu prothésé web 4.0 universel.

1-dividu est naturellement libre, on ne saurait lui ôter sa liberté, en instaurant une société biopolitique web 4.0.

D'où, la conception d'une société biopolitique démocratique web 4.0, vers laquelle il nous faut tendre (au vu et au su des tiers dans l'intérêt général de notre duale nation) :

  • "J'aurais voulu naître dans un pays où la conscience et les sentiments du souverain web 4.0 comme la conscience et les sentiments du peuple web 4.0 ne pussent avoir qu'une seule et même cause commune afin que tous les mouvements de la machine biopolitique, en immersion haptique pour l'environnement bionumérique, ne tendissent jamais qu'au bonheur commun ;
  • ce qui ne pouvant se faire, à moins que le souverain web 4.0 aguerrisse le peuple web 4.0 pour qu'ils deviennent une seule et même personne, il s'ensuit que j'aurais voulu naître sous un e-gouvernement web 4.0 démocratique, sagement tempéré grâce à la virginale République de la duale nation du pays."
  • "J'aurais cherché un pays où le droit de législation fût commun à tous les membres de la duale nation ;
  • car, qui peut mieux savoir qu'eux sous quelles conditions il leur convient de vivre ensemble dans une même duale société."

Le propos est clair :

  • le peuple web 4.0, sitôt institué en corps web 4.0 moral et collectif, doit conserver le pouvoir de voter directement les lois sans représentants, ce que l'on appellera, dans le Contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, le pouvoir souverain web 4.0.
  • le pouvoir de souveraineté populaire[59] web 4.0 s'exerce dans un légitime cadre d’expérimentation locale réglementaire et législatif en immersion haptique pour l'environnement bionumérique, sécurisé dans la transparence (au vu et au su des tiers dans l'intérêt général de notre duale nation).
  • La souveraineté monarchique web 4.0 puis aristocratique web 4.0 sont deux stades de développements intermédiaires entre le proto-peuple web 4.0 et le peuple web 4.0 d'une société biopolitique démocratique.

Le droit naturel implique donc que la légitimité soit définie par la souveraineté populaire web 4.0.

L'1-dividu prothésé web 4.0 quittant le virginal état civil ne peut abdiquer sa liberté :

  • il reste autonome, au sein de la société biopolitique (au vu et au su des tiers dans l'intérêt général), en tant qu'il reconnaît, comme loi, la décision de la volonté générale, à laquelle il participe.

C'est la raison pour laquelle, dans cette dédicace, on définit la liberté comme la soumission aux lois.

Ce don, (esprit ; corps), que chacun d’entre nous fait à la duale communauté[60], n’est pas un don qui ne provient que d'une seule partie[61]. En effet, les autres membres, se donnant à la duale communauté, à laquelle nous appartenons, se donnent, d’une certaine manière, à nous même. Ainsi « nous recevons chaque membre », qui est une « partie indivisible du tout », comme nous sommes nous-mêmes une « partie indivisible » de ce « tout » qu’est la duale communauté. Nous nous donnons à tous et tous se donnent à nous. : 1 pour tous, tous pour 1[62].

Essence du pacte social bionumérique !

Si on écarte du pacte social bionumérique ce qui n'est pas de son essence on trouvera qu'il se réduit aux termes suivants :

  • chacun de nous met en commun sa personne, et toute sa puissance web 4.0, sous la suprême direction de la volonté générale et nous recevons en corps social web 4.0 chaque membre comme partie indivisible du tout.

La multitude dispersée de tribus web 4.0 se donne aux concepteurs-réalisateurs web 4.0 qui en retour institue et garanti le peuple web 4.0.

Naissance du corps social web 4.0 ![63]

La compréhension du processus de mise en place de notre État-nation cybernétique rousseauiste schizophrenia, dans notre duale nation Française, s'articule entre :

  • sciences, religion, biopolitique, industrie et chaos-déterministe.

Dès l'instant de l'adhésion au pacte social bionumérique :

  • au lieu d'un 1-dividu particulier, et toute sa puissance web 4.0 ;

de chaque contractant, cet acte d'association :

  • produit un corps moral et collectif web 4.0 ;

composé d'autant de membres prothésés web 4.0 que l'assemblée web 4.0 a de voix.

Par l'adhésion au pacte social bionumérique, la société civile bionumérique, corps social web 4.0 en tant que tel, est créée.

Par l'adhésion au pacte social bionumérique, le corps social web 4.0 devient indépendant de ses concepteurs-réalisateurs web 4.0.

Les membres fondateurs peuvent disparaître, sans que disparaissent la société civile bionumérique et ses institutions[64].

Lequel corps social web 4.0 reçoit, de ce même acte d'association, son unité, son moi commun, sa vie commune, sa volonté commune échappant au pouvoir de ceux qui l’ont institué.

Naissance du souverain web 4.0 !

L'acte par lequel la multitude dispersée de tribus web 4.0 se donne aux concepteurs-réalisateurs web 4.0 qui en retour institut et garanti le peuple web 4.0 est le vrai fondement de la société civile bionumérique !

Grâce au jeu des obligations réciproques[65], le proto-peuple web 4.0 est institué et reconnu peuple web 4.0 grâce à, et pour, notre duale nation Française, mais se trouve être encore, à ce stade, sans leader.

Ensuite le peuple web 4.0 peut se donner à un roi, roi qui peut être reconnu légitime pour sa duale nation.

Ce don est un acte civil ![66] Il suppose une délibération publique ![67]

Dès l'instant de la première délibération publique :

  • au lieu d'un 1-dividu particulier délibérant publiquement ;

de chaque contractant :

  • cette première délibération publique produit le souverain web 4.0 ;

composé d'autant de membres prothésés web 4.0 que l'assemblée web 4.0 a de voix.

A l'instant, de la première délibération publique, le souverain web 4.0, en tant que tel, est créé.

Durant la première délibération publique, les membres prothésés web 4.0, composant le souverain web 4.0, deviennent e-citoyens web 4.0 du fait de leur participation active à l'exercice de l'expression de la volonté générale web 4.0.

Les membres fondateurs peuvent disparaître, sans que disparaissent le souverain web 4.0 et ses institutions.

Lequel souverain web 4.0 reçoit, de cette même première délibération publique, son unité, son moi commun, sa vie commune, sa volonté commune, échappant au pouvoir de ceux qui l’ont institué.

Organigramme d'aide à l'application de la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs[68]

Naissance du corps biopolitique web 4.0 !

L'acte par lequel le souverain web 4.0 est institué souverain web 4.0 est une étape importante du processus de mise en place de notre État-nation cybernétique rousseauiste schizophrenia, dans notre duale nation Française et s'articule entre sciences, religion, biopolitique, industrie et chaos-déterministe.

L'acte par lequel le souverain web 4.0 est institué souverain web 4.0 est le vrai fondement de la volonté générale !

Comme nous venons de le voir, dès la première délibération publique, le souverain web 4.0 est institué et reconnu souverain web 4.0 grâce à, et pour, sa duale nation, mais se trouve être encore, à ce stade, sans leader.

Dès lors, le peuple web 4.0 peut, durant la première délibération publique :

  • s'assembler autour d'assembleurs publics ;

tel le Docteur ès sciences Joël de Rosnay[69], le Docteur Edmond Simeoni[70], le Docteur Max Simeoni[71], pour former les premiers mouvements biopolitiques publics, la base des premiers mouvements biopolitiques publics qui peuvent êtres reconnus publiquement comme tel par notre duale nation Française.

Cette personne morale et publique, qui se forme ainsi par l'union publique de toutes les autres, prenait du temps des vierges web 4.0 le nom de cité, prend maintenant celui de corps biopolitique web 4.0 ayant :

  • pour base de réflexion biopolitique (bioéthique ; biodroit ; biopouvoir) ;
  • pour fonction la gestion de la cité bionumérique :
    • un habitat biopolitique pour les multiples visages de l’Homme Souverain[72] présenté par Jon Solomon ;.

Naissance de l'e-gouvernement web 4.0 !

L'Institution du e-gouvernement web 4.0 n’est pas un contrat


Construire notre force web 4.0 !


Grâce à notre adhésion à notre pacte social bionumérique nous, membres de notre État-nation cybernétique schizophrenia Français, avons donné l'existence, la vie, à notre souverain numérisé vivant Français. Notre souverain web 4.0 doit contenir notre corps biopolitique Français. Notre corps biopolitique doit contenir notre e-gouvernement web 4.0 Français, pour notre communauté de destins de notre peuple prothésé web 4.0 Français.

Nous avons construit ensemble notre ressort civil bionumérique. Nous avons construit ensemble notre esprit, notre cohésion, notre dynamisme, pour notre force web 4.0 (biopouvoir). Nous avons construit ensemble notre volonté web 4.0 (bioéthique ; biodroit) grâce à notre législation, pour notre communauté de destins de notre peuple prothésé web 4.0 Français.

Construire notre législation !


L'Acte primitif grâce auquel notre corps symbiotique schizophrenia s'est formé, s'est uni, ne déterminait rien encore de ce que notre corps symbiotique schizophrenia (((personne morale))) devait faire pour conserver son équilibre, son développement personnel dans notre duale nation Française :

  • (((virginale République ; schizophrenia ; État secret))).

C'est-à-dire, ce qui est bien conforme à l'ordre social pour tous Français ainsi que ce qui est bien conforme aux principes naturels permettant d'évoluer du libre sauvage au libre civilisé puis au libre civilisé prothésé pour l'environnement bionumérique en immersion haptique.

Indépendamment des conventions humaines !


Le pouvoir législatif (bioéthique ; biodroit) une fois bien établi, il s'agit d'établir, de même, le pouvoir exécutif, c'est-à-dire, le biopouvoir sur le couple (esprit ; corps) de l'adhérent(e) au contrat social bionumérique.

Le biopouvoir opère que par des actes particuliers. Donc, le biopouvoir (l'exécutif) est séparé du législatif !

Le biopouvoir qui n'opère que par des actes particuliers n'étant pas de l'essence du pouvoir législatif en est naturellement séparé.

S'il était possible que le souverain web 4.0, considéré comme tel, eût dans ses mains le biopouvoir, la puissance exécutive alors ici le droit, ce qui doit être fait, et le fait, seraient tellement confondus qu'on ne saurait plus ce qui est loi (ce qui doit être fait dans l'intérêt général) et ce qui ne l'est pas.

Cause de la mort du corps biopolitique


Le corps biopolitique, ainsi dénaturé, serait bientôt en proie à la violence, contre laquelle il fut institué.

En effet, les Français étant tous égaux, grâce aux contrats social, social bionumérique, ce que tous doivent faire dans l'intérêt général, tous peuvent le prescrire. Car :

  • tout notre peuple web 4.0 statut sur tout le peuple web 4.0 !
  • tout notre virginal peuple statut sur tout le virginal peuple !
  • tout notre dual peuple statut sur tout le dual peuple !

Au lieu que nul virginal citoyen n'a droit d'exiger qu'un 1-dividu fasse ce qu'il ne fait pas lui-même.

Or, c'est proprement ce droit, cette volonté générale, naturellement séparé du sien :

  • indispensable pour faire vivre, remuer, le corps biopolitique de façon légitime et sûr ;

que notre souverain web 4.0 donne à notre prince web 4.0, en instituant l'e-gouvernement web 4.0.

Plusieurs ont prétendu que l'acte, de cet établissement, était un contrat entre le peuple et les chefs, que le peuple se donne.

Contrat par lequel on stipulait entre les deux parties prenantes des conditions sous lesquelles l'une s'obligeait à commander et l'autre s'obligeait à obéir.

On conviendra, je m'assure, que voilà une étrange manière de contracter.

Mais voyons si cette opinion est soutenable !

  • Premièrement :
    • l'autorité suprême ne peut pas plus se modifier que s'aliéner, la limiter, c'est la détruire ;
  • Deuxièmement :
    • il est absurde, contradictoire, que le souverain se donne un supérieur.
  • Troisièmement :
    • s'obliger soi-même d'obéir à un maître c'est se remettre en pleine liberté.

De plus, il est évident que ce contrat du peuple avec telles ou telles chefs (personne physique) serait un acte particulier :

  • ni loi, ni acte de souveraineté ;

donc illégitime !

Observons que les parties contractantes seraient, entre elles, sous la seule loi de Dame nature (le droit du plus fort) et sans aucun garant de leurs engagements réciproques. Ce qui répugne, de toutes manières, à l'état civil.

Celui qui a la force en main étant toujours le maître de l'exécution, autant vaudrait donner le nom de contrat à l'acte d'un 1-dividu qui dirait à un autre homme :

  • "Je vous donne tout mon être (esprit ; corps) à condition que vous m'en rendrez ce qu'il vous plaira."

Le contrat de l'association en exclut tout autre !


Il n'y a qu'un contrat dans un État-nation, c'est celui qui induit la transition :

  • de la soumission de la multitude dispersée à la gouvernance du peuple assemblé !

Celui-là seul en exclut tout autre ! On ne saurait imaginer aucun contrat public qui ne fût une violation du premier.

Institution d'e-Gouvernement web 4.0


Quelle idée de base facilite l'acte par lequel l'e-gouvernement web 4.0 est légitimement institué dans un État de droit ?

Observons d'abord que cet acte est riche d'information car composé de deux actes, savoir :

  • l'établissement de la loi (volonté générale) pour fixer le droit ;
  • l'exécution de la loi (force générale).

Par le premier acte le souverain prothésé web 4.0 statue qu'il y aura un corps d'e-gouvernement web 4.0 établi sous telle ou telle forme (Démocratique ; Aristocratique ; Monarchique) il est clair que cet acte est une loi.

Par le second acte le peuple web 4.0 nomme les chefs web 4.0 qui seront chargés du e-gouvernement web 4.0 établi.

Or, cette nomination, étant un acte particulier, n'est pas une seconde loi, mais seulement une suite logique de la première loi, une fonction du e-gouvernement web 4.0.

La difficulté est d'entendre comment peut-on avoir un acte d'e-gouvernement web 4.0 avant qu'existe l'e-gouvernement web 4.0 ?

Comment un adhérent à notre contrat social bionumérique, tantôt sujet web 4.0 membre de notre peuple web 4.0, tantôt e-citoyen web 4.0 membre de notre souverain web 4.0, peut devenir prince web 4.0, ou magistrat web 4.0, dans certaines circonstances ?

C'est encore ici que se découvre une de ces étonnantes propriétés du corps biopolitique par lesquelles il concilie des opérations contradictoires, en apparence, car celle-ci se fait par une conversion subite de la souveraineté en Démocratie, en sorte que sans aucun changement sensible, seulement par une nouvelle relation de tous à tous, n'importe quel e-citoyen web 4.0, devenu en Démocratie magistrat web 4.0 passe des actes généraux aux actes particuliers, de la loi, à l'exécution.

Ce changement de relation n'est pas une subtilité de spéculation sans exemple dans la pratique. Ce changement de relation a lieu tous les jours dans le parlement d'Angleterre où la chambre basse, en certaines occasions, se tourne en grand comité, pour mieux discuter les affaires et devient ainsi simple commission de cour souveraine qu'elle était l'instant précédent, en telle sorte qu'elle se fait ensuite rapport à elle-même, comme chambre des communes, de ce qu'elle vient de régler, en grand comité et délibère de nouveau, sous un titre, de ce qu'elle a déjà résolu, sous un autre titre.

Avantage propre au gouvernement Démocratique de pouvoir être légitimement établi dans le fait par un simple acte de la volonté générale.

Après quoi, ce e-gouvernement web 4.0 qui se fait par provision en attendant la mise en ordre sociale bionumérique définitive :

  • reste en possession ;

si, et seulement si, telle est la forme d'e-gouvernement web 4.0 adoptée ;

  • ou bien établit, au nom du souverain web 4.0, l'e-gouvernement web 4.0 prescrit par la loi ;

et tout se trouve ainsi dans la règle légitime.

Il n'est pas possible d'instituer l'e-gouvernement web 4.0 d'aucune autre manière légitime sans renoncer aux principes ci-devant établis dans le contrat social bionumérique.

Points de vu sur l'autonomie et la particularité de citoyen(ne) jouïssant du droit de cité

La tradition philosophique, en droit naturel, situe la particularité de l’humain(e) dans :

  • l’existence de la raison du plus fort.

J.J. Rousseau la fonde sur :

  • la liberté.

En effet, il estime qu’entre l’animal le plus intelligent et l’humain(e) plus sot(te), la différence est en faveur de l’animal le plus intelligent.

C’est pourquoi, pour les Rousseauistes, ce n’est pas vraiment l’intelligence ou la raison du plus fort qui définit le mieux l’humain(e), mais plutôt, l'amour d'être libre sauvage.

En revanche, la liberté civilisée, le libre arbitre, pour pouvoir échapper à l’emprise des instincts, des penchants, n’appartient qu’à l’humain(e).

« Renoncer à sa liberté civilisée » revient donc à « renoncer à sa qualité d’humain(e) libre civilisé(e) » en un mot, c’est renoncer au droit de cité[73].

Allié-nation, liberté, égalité ?

Renoncer à ses actions libres[74], aussi petites soient-elles, c'est renoncer :

  • à sa qualité d'être humain(e) libre civilisé(e) ;
  • à ses droit ;
  • à ses devoirs.

J.J. Rousseau nous dit :

  • « il n’y a nul dédommagement possible pour quiconque renonce à sa liberté civilisée dans la cité » ;

J.J. Rousseau reprend une thèse déjà apparue chez Montesquieu pour qui :

  • « vendre sa qualité de citoyen(ne) est acte d’une telle extravagance qu’on ne peut la supposer dans un(e) humain(e). Si la liberté civilisée a un prix pour le commanditaire qui l’achète, elle est sans prix pour l'assassin qui la vend. »

Ce qui signifie que la liberté civilisée ne peut être honnêtement monnayée, une façon de dire qu’elle est inaliénable (incessible, invendable, inviolable).

  • « Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l’humain(e), et c’est ôter toute moralité à ses actions que d’ôter toute liberté civilisée à sa volonté. »

Si l’1-dividu n’est pas libre de choisir entre le bien et le mal, alors la morale web 4.0 n’est pas possible pour l'aboutissant web 4.0

Si tous les actes, que l'aboutissant web 4.0, dit décodeur, accomplit, deviennent soumis à une stricte nécessité imposée, sous télésurveillance et biocontrôle, par le tenant web 4.0 dit encodeur, sur laquelle l'aboutissant web 4.0 n’a aucune prise. Alors, aucun juge ne saurait tenir l'aboutissant web 4.0 pour responsable.

Or la morale comme la justice suppose que l’1-dividu soit responsable personnellement de ses actions.

  • « La providence ne veut pas le mal, que fait l’1-dividu en abusant de la liberté qu’elle lui donne, mais elle ne l’empêche pas de le faire…elle l’a fait libre, afin qu’il fît non le mal, mais le bien, par choix ».

C'est ôter toute liberté civilisée aux actions que d'ôter toute force aux volontés

C'est une convention vaine, contradictoire, de stipuler :

  • d'une part, une autorité absolue ;
  • de l'autre, une obéissance sans bornes.

L'1-dividu n'est engagé à rien envers son dual peuple dont il a droit de tout exiger !

Selon votre point de vue !

N'est-il pas clair que les Complexes Politico-Militaro-Industriel :

  • qui, dans le côté obscur de la force web 4.0, développent les moyens de télésurveillance et de biocontrôle (neuro-psycho-biologique) ;

ne sont engagés à rien envers notre dual peuple Français dont ils ont droit de tout exiger ?

Et cette seule condition, sans équivalent, sans échange, n'entraîne-t-elle pas la nullité du renoncement à ses actions libres nécessitant force et volonté ?

Quel droit mon esclave web 4.0 aurait-il contre moi, puisque tout ce qu'il a m'appartient, son droit étant aussi le mien, ce droit de moi contre moi-même est un mot qui n'a aucun sens ?

Gérald M. Edelman, prix Nobel de médecine et d'autres grandes figures du web 4.0 tirent-ils des Cahiers des charges fonctionnelles en cyberguerre pour les complexes Politico-Militaro-Industriels[75] une autre origine logique du prétendu droit d'esclavage web 4.0 :

  • Le vainqueur, ou celui qui a la puissance d'action coercitive web 4.0 la plus forte, ayant, selon le point de vu de grandes figures du web 4.0 du 21e siècle, le droit de tuer (au moins l'esprit) du vaincu.

Le vaincu pouvant sauver sa vie biologique, mais non mentale, en concédant sa vie mentale (Épuration (biopolitique) ; ... ; Ethnocide).

Ce prétendu droit d'esclavage web 4.0 semble respecter les albums d'images exhibés aux vierges web 4.0 au profit des barbares prédateurs tribalistes pouvant détenir (otages web 4.0 ; tribu web 4.0).

Mais, il est clair que ce prétendu droit d'esclavage web 4.0 pour prédateurs tribale web 4.0 :

  • permettant d'assassiner l'otage web 4.0 ne concédant pas sa vie mentale ;

ne résulte, en aucune manière, d'un état de guerre entre de légitimes e-gouvernements web 4.0.

Conjecturons que pour faciliter leur sauvegarde, restauration, développement, certaines prédatrices tribus web 4.0 tuent leur otages web 4.0. C'est un meurtre !

Ce qui doit être fait pour lutter contre ces meurtres, c'est agir en médiateur[76], en public, suivant le principe de subsidiarité[77], dans la relation de couple (tribu web 4.0 ; otages web 4.0) en usant d'un droit d’ingérence[78] dans les relations haptiques en environnement bionumérique de notre duale nation Française.

Convenons que c'est un devoir que d'accompagner un prothésé web 4.0 durant son cycle de vie web 4.0

En effet, les vierges web 4.0, en télésanté, sont confrontés à des signes essentielles de la modernité :

  • la discrimination (filtres) dans la division (polychotomie) des rôles (acteur ; pilote ; cadre) ;
  • le handicap culturelle cybernétique en immersion haptique ;
  • le tribalisme (style de gestion d'un réseau social bionumérique) ;
  • l' Étatisme-national.

Un-dividus ou 1-dividus

Les relais web 4.0, dits Un-dividus ou 1-dividus, porteurs de Gilet web 4.0 sont confrontés aux 4 pièges du couple (1-dividu ; collectif web 4.0), cela poussent chacun dans des processus de survie où la valeur finale, absolue, indiscutable, ne dépend plus que d'un seul critère, l'intérêt propre, singulier, personnel.

Non que l'intérêt général ait disparu mais en 2015 le collectif web 4.0 ne trouve grâce qu'à la condition expresse qu'il ne soumet pas l'1-dividu au kernel web 4.0. Être "entre soi" certes, mais, à condition que le "pour soi" n'y perde pas…

Les vierges web 4.0, en télésanté, facilite l'intégration de chaque 1-dividu afin de participer à la construction de kernel web 4.0. S'ils valorisent, les prothésés web 4.0, ils renforcent l'estime de soi ! Être valorisé, agir en complémentarités, génère de la satisfaction d'autant plus en télésanté où l'enjeu du travail est inséparable aux sauvegardes des droits, des libertés d'êtres vivants.

Une vierge avec résolveurs, médiatrices, en télésanté, opère en étant le garant moral, juste, permettant :

  • l'identification, l'exploration, la mise en œuvre de solution adéquate, claire, responsable ;
  • le développement personnel des compétences individuelles web 4.0 ;
  • ainsi qu'une compétence d'un groupe d'action concret web 4.0.

La construction d'une compétence du Système d'Action Concret web 4.0, gardien des valeurs de notre duale nation Française. Gardien grâce à une biopolitique (médicamenteuse ; psycho-analytique ; bioindustriel) du groupe web 4.0, repérant les effets pervers de la télésurveillance :

  • effet cockpit ;

comme du biocontrôle :

  • l'occultation de la dimension humaine.

Une vierge, en télésanté, recherche du mieux pour chacun comme pour tous !

Le fait de nommer certains agents "référents professionnels" va dans le même sens. Un management valorisant par la complémentarités (Gilet web 4.0 / GRS / voisinage), les différences de chacun, autour d'un tronc commun, permettra au groupe web 4.0 de mettre en œuvre toutes les ressources nécessaires pour atteindre le but partagé, mobiliser le sens des responsabilités, les facultés d'adaptation, la créativité.

Par le respect de la biopolitique (bioéthique ; biodroit ; biopouvoir) de chaque 1-dividu, la vierge favorisera l'émergence d'une valeur fondamentale, l'acceptation des différences (Gilet web 4.0 / GRS / voisinage) dans notre duale nation Française.

L'art du positionnement consistera, grâce aux expérimentations locales réglementaire et législative en immersion haptique pour l'environnement bionumérique, dans les domaines des sciences humaines et sociales, à construire de nouvelles normes communes, partagées, à partir de ces différences.

Le style de pensé comme les modes d’actions d'un kernel web 4.0 sont liés à une gestion des ressources suivant le critère de référence comme la façon de raisonner (possesseur ; simultané ; captif) du pilote (voir : Programmation Neuro Linguistique).

Le risque de parasitage est permanent !

La confiance qui lui viendra de son équipe devra être réciproque. La plupart du temps ces normes relèvent du groupe web 4.0 mais elles sont aussi spécifiques à chacun. Ceci est dû à l'acceptation des différences.

Interconnaissance avec coresponsabilité différenciée !

L'acceptation des différences par l'interconnaissance comme la prise de conscience d'une "coresponsabilité différenciée" de tous seront à la base de l'équilibre comme du développement d'une équipe en pleine maturité, conjuguant :

  • respect des attentes personnelles ;
  • respect des perspectives de l'équipe.

La "coresponsabilité différenciée" signifie que tous sont responsables de tout, mais chacun selon sa position, son statut, son rôle, dans le kernel d'OS web 4.0.

Enjeu théorique !

L’enjeu théorique de cette "coresponsabilité différenciée" est de faciliter la mise en œuvre de solutions Open Source web 4.0 qui doit constituer une des lignes de force de la téléprésence.

La "coresponsabilité différenciée", dans les (((asso ; ruche))), constitue un des objectifs majeurs qui est visé dans la modification de la stratégie de développement des flottilles symbiotique en France, pour amateurs Open Source web 4.0, vis-à-vis des professionnels capitalistes web 4.0 comme dans les collaborations qui sont installées de façon durable pour faire réussir ce projet.

Pour mener à bien ce projet, le cadre de télésanté doit s'appliquer à valoriser les ressources humaines, chacun étant 1-dividu (Gilet web 4.0 / GRS / voisinage) dans le Groupe d'Action Concret.

Depuis l'origine des temps où l'humain était libre sauvage jusque à aujourd'hui où l'humain libre civilisé numérisé vivant est doté d'autonomie, de particularités, de capacité de décision comme de responsabilité avec une zone de négociation (contraintes et libertés du formateur). Les vierges web 4.0 devrons aussi faciliter la coexistence du développement personnel de chaque 1-dividu du projet collectif du G.A.C web 4.0.

En effet, chaque 1-dividu doit être reconnu dans sa fonction (Gilet web 4.0 / GRS / voisinage) comme dans sa personne, tout en sachant que cette reconnaissance ne fige pas la personne, mais sert à augmenter ses compétences.

Un management adapté à l'1-dividu !

A propos de management adapté à l'1-dividu les vierges web 4.0, en partenariat avec toutes les personnes concernées, donne envie, à la personne formante, de professionnaliser ses prestations.

Les vierges web 4.0 en télésanté personnalisent leur management pour que le télésoignant personnalise ses prestations. Cette orientation capitaliste web 4.0 est sous tendue par des valeurs telles que croire en soi, respecter la différence de l'autre, faire richesse de la différence de l'autre, se dire des choses, ne pas interpréter.

L'orientation capitaliste web 4.0 fonctionne en permanence sur cinq registres

La personne, l'équipe, l'institution, la société civile, la société civile bionumérique.

L'orientation capitaliste web 4.0 appuie la personne sur ses ressources.

L'orientation capitaliste web 4.0 travaille hors jugement de valeur, uniquement sur des faits.

L'orientation capitaliste web 4.0 amène chacun à donner du sens à ce qu'il fait, dans le cadre de ses missions. Chacun se sent reconnu pour ce qu'il est. Plus serein, il est plus ouvert à l'autre.

Le style de management en téléprésence peut être très différent d'un 1-dividu à un autre

Certains auteurs semblent penser que le meilleur choix stratégique serait un management à mi-chemin entre le management participatif actif (dit aussi démocratique) expressif, coconstructif, le management situationnel (dit aussi Aristocratique ou monarchique) où le cadre de télésanté adapte son style de management au style de chaque agent. Tantôt directif (monarchique) quand la situation le nécessite, tantôt démocratique à d'autres moments.

Par cela seul, il n'y a que les êtres humains, vivant dans leur primitive indépendance web 4.0, sans contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique, qui n'ont pas, entre eux, de rapport assez constant pour constituer, ni l'état de paix, ni l'état de guerre. Il n'y a pas de loi de la nature qui pousse les êtres humains a être ennemis entre eux. Ce sont les interactions entre Interfaces Neuronales Directes au moyens de Fournisseurs d’Accès Techniques web 4.0 non les êtres civilisés numérisés vivants qui constitue la cyberguerre.

Dans le cadre général (((virginal ; prothésé web 4.0))), vu la nature comme la richesse des ressources tant mises en œuvres que produites dans la virginale République l'état de cyberguerre privée ne pouvant naître (((comportement ; processus ; état))) des simples interactions virginales web 4.0 dans tout (((terrain ; web))) soit personnelles, soit d'un gouvernement intermédiaire mais seulement naître des interactions des Groupes d'Actions Concrets (((GAC))) web 4.0 privées dans les (((biopuces ; citoyen))) particuliers œuvrants dans les GAC web 4.0 belligérants. Convenons que la cyberguerre privée, d'homme à homme, est un crime dans tout (((terrain ; web))) de toute notre duale nation Française :

  • (virginale République ; MicroÉtat schizophrenia ; État secret).

La cyberguerre privée, d'homme à homme, ne peut exister, ni dans l'état de nature, où il n'y a pas de propriété constante, ni dans la société civile, où il n'y a ni loi, ni juge web 4.0, ni dans la société civile bionumérique, où tout est sous l'autorité des lois de notre État-nation schizophrenia Français.

Convenons que tous combats particuliers, duels web 4.0, rencontres bionumérique sont des actes, des comportements, qui ne constituent pas un état de guerre web 4.0.

A l'égard des comportements de cyberguerres privées !

Inspirées des ancestrales virginales guerres privées nommées "Duels" pour Chevaliers, autorisées par les Établissements de Louis IX, roi de France, suspendues par la paix de Dieu. Convenons que ce sont des abus d'e-gouvernement féodal, système web 4.0 absurde, s'il en fut jamais, contraire aux principes du droit positif, ainsi qu'à toute bonne biopolitique.

La cyberguerre web 4.0 n'est donc pas une relation d'homme à homme mais une relation de État-nation cybernétique à État-nation cybernétique. Dans laquelle les particuliers ne sont ennemis qu'accidentellement, non pas comme êtres libres civilisés vivants, ni même comme citoyens libres civilisés numérisés vivants, mais comme soldats web 4.0,obéissant aux ordres de l'armée. Non pas comme membres de la patrie mais comme ses défenseurs ! Dans ce but un prescripteur de la nation Française présente son projet de loi de mobilisation générale pour la défense de la patrie.

Convenons, chaque État-nation cybernétique ne peut avoir pour ennemis que d'autres État-nation cybernétique en environnement bionumérique, immersion haptique.

Attendu qu'entre choses de diverses natures on ne peut fixer aucun vrai rapport. Ce principe est même conforme aux formules exprimant une règle morale établies de tous les temps à la pratique constante de tous les peuples policés.

Convenons que les déclarations d’État de cyberguerre web 4.0 sont moins des avertissements aux puissances web 4.0 qu'à leurs sujets web 4.0.

Convenons que l'étranger prothésé web 4.0, soit roi, soit simple particulier, soit peuple, qui prend en otage, viol, corrompt les mœurs, tue ou détient des otages web 4.0, sans déclarer la cyberguerre web 4.0 au prince du bionumérique, n'est pas un ennemi, c'est un brigand prothésé web 4.0.

Même en pleine guerre web 4.0, un prince web 4.0 moral, juste, s'empare bien, en dual pays ennemi, de tout ce qui appartient au public numérisé vivant ou vierge web 4.0. Mais, un prince web 4.0 moral, juste, respect la personne, ses profiles de personnalité, son profile biométrique, les biens des particuliers ainsi que des droits, des libertés, sur lesquels sont fondés les siens.

Convenons que tout le peuple a intérêt de borner le biopouvoir militaire.

Convenons que tout le peuple a intérêt de borner le biopouvoir médical.

Convenons que tout le peuple a intérêt de faciliter les expérimentations locales réglementaire et législatif en immersion haptique, environnement bionumérique, des sciences humaines et sociale.

Aux moyens de convention générale dans la société civile bionumérique de notre MicroÉtat schizophrenia de notre duale nation.

La fin d'une guerre web 4.0 étant la destruction de l’État-nation cybernétique ennemi. Convenons que nos soldats prothésés web 4.0 de notre MicroÉtat schizophrenia de notre duale nation Française ont droit de tuer (esprit ; corps) des défenseurs de l’État-nation cybernétique ennemi tant que les ennemis conservent à disposition les armes de cyberguerre web 4.0.

Mais, sitôt que les défenseurs, de l’État-nation cybernétique ennemi, posent les armes, n'ont plus à disposition les armes de cyberguerre web 4.0, se rendent, cessant d'être :

  • ennemis (((tenants))) ;
  • ou instruments de l'ennemi (((simples relais des tenants))) ;

convenons qu'ils redeviennent simplement des êtres en Rétention Schizophréniques (((aboutissants))) civilisés numérisés vivants.

Nos soldats web 4.0 n'ont plus de droit sur leur vie (esprit ; corps).

On peut tuer un État-nation cybernétique ennemi sans tuer un seul de ses membres

Observons d'abord que l'acte d'instituer l'e-gouvernement web 4.0 est riche d'information, car composé de deux actes, savoir :

  • l'établissement de la loi (volonté générale) pour fixer le droit ;
  • l'exécution de la loi (force commune).

Par le premier acte, le souverain web 4.0 statue qu'il y aura un corps d'e-gouvernement web 4.0, établi sous telle ou telle forme (Démocratique[79] ; Aristocratique[80] ; Monarchique[81]). Il est clair que cet acte est une loi.

Par le second acte, le peuple web 4.0 nomme le chef web 4.0 qui sera chargé du e-gouvernement web 4.0 établi.

Or, cette nomination, étant un acte particulier[82], n'est pas une seconde loi, mais seulement une suite logique de la loi, une fonction du e-gouvernement web 4.0.

La difficulté est d'entendre, comment peut-on avoir un acte d'e-gouvernement web 4.0, avant qu'existe l'e-gouvernement web 4.0 ?

Comment un adhérent à notre association schizophrenia :

  • tantôt sujet web 4.0 de notre peuple web 4.0 ;
  • tantôt e-citoyen web 4.0 de notre souverain web 4.0 ;

peut devenir prince web 4.0 ou magistrat web 4.0 dans certaines circonstances ?

C'est encore ici que se découvre une de ces étonnantes propriétés du corps biopolitique, par lesquelles il concilie des opérations contradictoires en apparence, car celle-ci se fait par une conversion subite de la souveraineté en Démocratie, en sorte que sans aucun changement sensible, seulement par une nouvelle relation de tous à tous, n'importe quel e-citoyen web 4.0, devenu en Démocratie magistrat web 4.0, passe des actes généraux aux actes particuliers, de la loi à l'exécution.

Avantage propre au e-gouvernement web 4.0 Démocratique de pouvoir être, par un simple acte de la volonté générale, légitimement établi dans le fait.

Après quoi, ce e-gouvernement web 4.0, qui se fait par provision[83], en attendant la mise en ordre définitive, reste en possession si, et seulement si, telle est la forme d'e-gouvernement web 4.0 adoptée, ou bien alors établit, au nom du souverain web 4.0, la forme d'e-gouvernement web 4.0 prescrit par la loi et tout se trouve ainsi dans la règle légitime. Il n'est pas possible, sans renoncer aux principes ci-devant établis, d'instituer l'e-gouvernement web 4.0 d'aucune autre manière légitime.

Autonomie et particularité de la communauté web 4.0

Avant toute choses, il peut arriver que ce « corps moral et collectif web 4.0 » s’oppose, par la suite, à ses fondateurs et qui plus est, les détruise, s’ils bafouent la loi commune.

Bien qu’issue de la volonté de chaque membre, la communauté web 4.0 présente une autonomie et une particularité que rien ne pourra réduire.

Notre État-nation cybernétique Rousseauiste civil schizophrenia Français est appelé par nos membres :

  • schizophrenia quand il est passif, il est le peuple web 4.0, en tant qu'il observe les lois de notre duale nation ;
  • souverain web 4.0 quand il est actif, il est le peuple web 4.0, en tant qu'il élabore les lois de notre État-nation cybernétique Rousseauiste civil schizophrenia Français.
  • puissance web 4.0 ou puissance haptique en environnement bionumérique, il est le peuple web 4.0 comparé aux autres peuples web 4.0, il est la force web 4.0, que la communauté web 4.0 représente par rapport aux autres communautés web 4.0, qui ne reconnaissent que la force web 4.0 de notre État-nation cybernétique schizophrenia.

Observons que notre État-nation cybernétique Rousseauiste civil schizophrenia Français n’a de légitimité morale[84] que pour les seuls membres de notre duale nation.

Ceux qui lui sont extérieurs et qui ne se sont pas engagés à son égard le considèrent comme une simple force web 4.0, une « puissance web 4.0 ».

Alors que les membres de notre duale communauté ont des relations conventionnelles, contractuelles.

Observons que les différentes communautés web 4.0 n'ont encore que des relations naturelles, donc leurs rapports sont régis par le droit du plus fort[85].

Attention à l'assiette socioculturelle[86] sur la table de l'1-dividu !

À l'égard des demandeurs et des concepteurs-réalisateurs web 4.0[87] ainsi qu'à l'égard des médiatrices et des resolveurs web 4.0[88], les 1-dividus prennent collectivement :

  • le nom de peuple web 4.0 quand les 1-dividus sont adhérents au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique de notre État-nation cybernétique schizophrenia ;
  • les noms, entre autre, de nerfs lambda ou kappa ;

Le membre de notre État-nation cybernétique schizophrenia est appelé :

  • « e-citoyen web 4.0 », c’est l’aspect actif, de chaque membre de la communauté web 4.0, en tant qu’il participe à l'élaboration des lois de l'État-nation cybernétique schizophrenia ;
  • « sujet web 4.0 », c'est l'aspect passif en tant qu’il respecte les lois de l'État-nation cybernétique schizophrenia qu'il s'est lui-même donné.

S'appellent en particulier (biopuces ; citoyen) ou prothésé web 4.0.

Porteur de Gilet web 4.0,en tant que tenant ou relai web 4.0.

Porteur de GRS (Gilet de Rétention Schizophrénique) en tant que aboutissant web 4.0.

Dans le système démocratique, tout 1-dividu membre de l'État-nation cybernétique schizophrenia est donc tantôt e-citoyen web 4.0, tantôt sujet web 4.0.

Alors que dans le système absolutiste[89], il n’est que sujet web 4.0.

Quiconque est maître ne peut être libre

Le maître, pour J.J. Rousseau, en acceptant d’être maître, ne suit plus les recommandations de la raison civilisée, étayée par la conscience, les sentiments, la cause commune, qui condamne l’asservissement d’autrui et s’abandonne à ses passions, au plaisir illégitime de commander. Dès lors, il n’est plus maître de lui-même, il ne s’appartient plus et perd sa liberté civilisée.

Notes et références

  1. la mise en ordre social bionumérique Française
  2. règle d'administration bioélectronique
  3. duale nation Française
  4. le côté obscur de la force cybernétique
  5. immersion haptique
  6. environnement bionumérique
  7. État secret cybernétique
  8. toute la puissance haptique commune
  9. principe des puissances virtuelles
  10. est nécessaire
  11. pour conserver la possession de soi
  12. la multitude dispersée d'1-dividus
  13. montrera
  14. Logique floue
  15. intermédiaire
  16. de compétence socioculturelle
  17. développement personnel
  18. deux groupes sociaux Français
  19. vierges web 4.0
  20. prothésés web 4.0
  21. la famille
  22. causes
  23. l'emporter
  24. sur les actions libres
  25. l’assistance de la duale communauté Française
  26. contrat à duré déterminer
  27. L'Aliénation web 4.0 conduit à réfuter les théoriciens de la servitude volontaire web 4.0 ou, plus précisément encore, de la servitude contractuelle web 4.0
  28. aguerris web 4.0
  29. capital socioculturel
  30. État-nation cybernétique subsidiaire
  31. entités locataires d'1-dividu
  32. souveraineté populaire
  33. la modulation du risque réel
  34. la modulation de solutions hors cadre
  35. la multitude dispersée
  36. le peuple assemblé web 4.0
  37. Bifi pour wifi direct
  38. un peuple constituant et vigilant
  39. l'e-éducation de l'e-citoyen
  40. biopolitique
  41. civisme
  42. cyberculture haptique en environnement bionumérique
  43. criminels en col blanc
  44. profils de personnalité
  45. profil biométrique
  46. systèmes experts
  47. droit naturel
  48. neuro-psycho-biologiquement
  49. positionnement cadre, envers l'1-dividu aboutissant web 4.0
  50. caution morale
  51. Nous savons ce que pense J.J. Rousseau de cette idée
  52. dépendre
  53. conscience
  54. Du Contrat Social
  55. personne morale
  56. un habitat biopolitique pour les multiples visages de l’Homme Souverain
  57. civiques
  58. soit-disant
  59. souveraineté populaire
  60. duale communauté
  61. qui ne provient que d'une seule partie
  62. 1 pour tous, tous pour 1
  63. Naissance du corps social web 4.0 !
  64. institutions
  65. jeu des obligations réciproques
  66. un acte civil !
  67. délibération publique !
  68. Organigramme d'aide à l'application de la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs
  69. Docteur ès sciences Joël de Rosnay
  70. Docteur Edmond Simeoni
  71. Docteur Max Simeoni
  72. un habitat biopolitique pour les multiples visages de l’Homme Souverain
  73. droit de cité
  74. actions libres
  75. Cahiers des charges fonctionnelles en cyberguerre pour les complexes Politico-Militaro-Industriels
  76. médiateur
  77. suivant le principe de subsidiarité
  78. droit d’ingérence
  79. Démocratique
  80. Aristocratique
  81. Monarchique
  82. acte particulier
  83. par provision
  84. légitimité morale
  85. le droit du plus fort
  86. assiette socioculturelle
  87. des demandeurs et des concepteurs-réalisateurs web 4.0
  88. des médiatrices et des resolveurs web 4.0
  89. système absolutiste

Version imprimable

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard