FANDOM


MicroÉtat.png

Livre I
Livre II
Livre III
Livre IV

1 pour tous et tous pour 1

Observons bien que le rapport entre l'1-dividu et toute la communauté web 4.0 reposent sur la réciprocité[1]. Cependant un problème se pose.

L’1-dividu aliène tous ses droits au profit de la communauté web 4.0 et se soumet à la suprême volonté générale de notre État-nation cybernétique schizophrenia.

En échange, la communauté web 4.0 lui garantit :

  • liberté, télésécurité[2], égalité ;

en droit civil bionumérique, en tout lieu, en tout temps, dans la communauté web 4.0, c'est-à-dire, dans toute la duale nation.

Cependant, il est élément de cette communauté web 4.0, c’est donc un peu comme si l'1-dividu, le (biopuces ; citoyen) s’était engagé, d'une part, envers lui-même, d'autre part, envers son citoyen(esprit ; corps) s’exprimant dans la virginale République.

Observons que, juridiquement, dans notre virginale république Française, l’engagement envers soi-même est nul car la personne est une et ne peut se dédoubler ou bien être exprimé.

Double contrainte et métacommunication[3]

En revanche, moralement, on peut estimer qu’il y a, en tout 1-dividu, une dualité (endogène ; exogène) car l'1-dividu peut être exprimé au moyen d'une puissance haptique en environnement bionumérique[4], c'est-à-dire, être un support d'informations exogène. Nous sommes là, à la fois, en présence :

  1. d'un être ayant une conscience, une sensibilité, une cause personnelle endogène ;
  2. d'un être qui peut être support d'informations exogène.

L’être sensible, que nous sommes, doit avoir assez de puissance haptique en environnement bionumérique et de volonté, pour être libre de s’engager envers l’être conscient que nous constituons. L’être sensible, soumis aux caprices changeants des sens, peut décider qu’il obéira à sa conscience endogène et qui, elle, doit être stable et durable aux yeux de sa (((virginale commune ; cité bionumérique))), c'est-à-dire, adéquat sur le plan scientifique, claire sur le plan conceptuel, responsable sur le plan sociobiopolitique. Exemple, s'il s’engage à ne plus boire d’alcool, en moraliste, il transporte dans le domaine biopolitique (bioéthique ; biodroit ; biopouvoir) un dédoublement de lui-même car, en addict, il a soif.

Législateur sujet web 4.0

Tout membre de la communauté web 4.0, dans la mesure où il relève d'une part de l'État-nation schizophrenia, d'autre part du souverain web 4.0, apparaît dans le même temps comme sujet web 4.0 et comme législateur. Le sujet web 4.0 peut s’engager à obéir au législateur. Mais comme il est législateur, le sujet web 4.0 s’engage vis-à-vis de lui-même ou, plus exactement, engage la partie la plus impulsive[5] de lui-même, le (biopuces ; citoyen) vis-à-vis de la plus raisonnable[6], le citoyen(esprit ; corps). Il y a bien deux parties contractantes.

L'Acte de duale association (((civil, civil bionumérique)))

Avant toute choses, notre besoin est de comprendre :

  1. qu'est-ce qu'un dual[7] multi[8]-souverain[9] , c'est-à-dire, toute l'autorité souveraine[10], d'une duale nation ?
  2. que sont les relations interétatiques[11] dans une duale nation ?

Comment une multitude de microsociétés schizophréniques faites de duales (((asso ; ruche[12]))) civils libres (Open Source ; Open Science) d'amateurs peuvent aider tout notre dual peuple (((vierge ; prothésé web 4.0))) à s'aguerrir en biopolitique de façon agréable, simple, pratique ?

Comment faire en sorte que notre dual peuple soit un bon filtre biopolitique, d'une part, pour que notre dual peuple soit une bonne ressource biopolitique, d'autre part, pour maintenir notre dual multi-souverain[13] de notre duale nation (virginale République ; État-nation cybernétique schizophrenia ; État secret) si la volonté générale de notre dual peuple peut errer[14].

Comment faire en sorte que notre dual peuple puisse participer au maintien du bon équilibre de notre duale nation[15]. Adhérant ainsi à l’œuvre de notre dual prince, composé des fonctionnaires Français, qui accomplissent le fait et le devoir de notre dual prince dans l'acte d’appropriation de la puissance haptique en environnement bionumérique, pour tout un chacun, parmi tout un chacun, en tout lieu, en tout temps, dans toute notre duale nation Française.

Comment faciliter les rencontres socioculturelles des deux groupes sociaux vierge et prothésé web 4.0, faciliter la construction commune de relations haptiques en environnement bionumérique, faciliter le réseautage socioculturel[16] des citoyens, e-citoyens web 4.0, constituants la duale association (((société civile ; société civile bionumérique))) des (((individus ; 1-dividus))) Français.

On voit, par ces formules, que l'acte de duale association (((civil, civil bionumérique))), renferme un engagement réciproque du dual public avec les particuliers (((vierges ; porteurs de biopuces))).

Chaque particulier (((vierge ou prothésé web 4.0))) contractant, pour ainsi dire, avec lui-même, se trouve engagé sous un double rapport :

  1. comme membre de notre dual multi-souverain (dual public) envers les particuliers (((vierge ou prothésé web 4.0))).
  2. comme membre de notre dual multi-État-nation (dual particulier) envers notre dual multi-souverain.

Mais on ne peut appliquer ici la formule exprimant une règle morale du virginal droit civil, que nul n'est tenu aux engagements pris avec lui-même, car il y a bien de la différence entre s'obliger envers soi, s'obliger envers un tout (le dual public) dont on fait partie, tel un cristal de neige dans une boule de neige.

Observons que notre délibération dual publique, qui peut obliger tous les membres de notre duale nation Française envers notre dual multi-souverain, à cause des deux différents rapports sous lesquels chacun d'eux est envisagé, ne peut, par la raison contraire, obliger notre dual multi-souverain envers notre dual multi-souverain.

En effet, il est contre la nature de notre corps biopolitique[17] que notre dual multi-souverain, toute notre autorité souveraine, s'impose une loi que notre dual multi-souverain ne puisse enfreindre.

Ne pouvant se considérer que sous un seul et même rapport, notre dual multi-souverain, toute notre autorité souveraine, est alors dans le cas d'un particulier, simple cristal de neige dans une boule de neige, contractant avec soi-même (un particulier) par où l'on voit qu'il n'y a, ni ne peut y avoir, nulle espèce de loi fondamentale obligatoire pour le corps de notre dual peuple, pas même le contrat social bionumérique.

Notre dual peuple Français est souverain[18] dans la mesure où il élabore[19] les lois auxquelles il se soumet[20]

Notre dual multi-souverain, c'est-à-dire, toute notre autorité souveraine, peut renoncer à une loi qu’il a instituée pour en adopter une nouvelle. S’il ne pouvait changer les lois aussi souvent qu’il le désire, il ne serait plus libre, mais dominé par des lobbies[21], perdrait sa souveraineté. Notre dual multi-souverain, c'est-à-dire, toute notre autorité souveraine, doit pouvoir entreprendre à chaque instant ce qu’il juge le meilleur dans l’intérêt général.

Tout le corps de notre dual peuple doit respecter ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique !

Notre dual peuple assemblé peut décider de renoncer au contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique. Il a donc le pouvoir de se dissoudre en tant que dual peuple assemblé pour redevenir deux groupes sociaux, l'un le virginal peuple, l'autre la multitude dans la dispersion originelle du proto-peuple web 4.0, e-gouverné par des rapports de force barbare. Il est clair, cependant, que notre dual peuple assemblé n’a pas intérêt à défaire le contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique auquel il doit son unité national.

On entend affirmer la souveraineté absolue de notre dual peuple assemblé et la pousser jusqu’à ses plus extrêmes limites

Ce qui signifie que le corps de notre dual peuple assemblé puisse s'engager envers autrui, du moment qu'il respect ce contrat social bionumérique ou principes du droit biopolitique.

Car, à l'égard de l'étranger, le corps de notre dual peuple devient un dual être simple (((individu ; 1-dividu))).

Mais nos corps politique, biopolitique, nos corps intermédiaires[22] (fonctionnaires ; ...), de notre autorité souveraine, de notre duale nation, ne tirant leur être que de l'adéquation sur le plan scientifique, de la clarté sur le plan conceptuel, de la responsabilité sur le plan sociobiopolitique, la moralité[23], la justice[24], contenu dans les solutions biopolitique de notre contrat sociale bionumérique ou principes du droit biopolitique, ne peuvent jamais s'obliger, même envers autrui, à rien qui déroge à cet acte primitif. Comme d'aliéner quelque portion de lui-même[25] ou de se soumettre à une autre autorité souveraine.

Violer l'acte par lequel le corps de notre dual peuple Français existe[26] serait révolutionnaire !

Qui n'est rien ne produit rien ![27] Pensez à la fragilité d'un cristal de neige dans sa boule de neige ouverte ! Pensez à la fragilité de sa boule de neige ouverte dévalant sur sa montagne enneigée sur un ciel ouvert. Sitôt que cette multitude de cristaux dispersés est ainsi réunie en un corps, on ne peut briser un cristal, membres du corps, sans attaquer le corps, encore moins offenser le corps sans que les cristaux, membres du corps, s'en ressentent.

Convenons que devoir et intérêt du e-citoyen web 4.0[28] comme du e-citoyen[29], obligent, de façon égale, les deux parties :

  1. (individu ; 1-dividu) particulier ;
  2. dual corps du peuple[30] public ;

contractantes à s'entraider mutuellement, grâce aux pactes sociaux national.

Tous Français est engagé sous un double rapport

Ainsi, nous Français devons réunir sous le double rapport (particulier ; public) tous les avantages qui en dépendent grâce aux mises en commun des ressources avec respect.

La puissance souveraine Française n'a nul besoin de garant envers les Français

En effet, observons que notre dual multi-souverain, notre autorité souveraine qui exprime notre volonté générale, n'étant formé que de citoyens, d'e-citoyens[31], d'e-citoyens web 4.0, qui le compose, n'a, ni ne peut avoir, d'intérêt contraire au leur. Donc, notre puissance souveraine n'a nul besoin de garant envers nos sujets, sujets web 4.0, parce qu'il est impossible que notre dual corps veuille nuire à tous ses membres, nous verrons ci-après qu'il ne peut nuire à aucun en particulier.

Observons que notre dual multi-souverain, de notre duale nation, par cela seul qu'il est, est toujours ce qu'il doit être. Les e-citoyens web 4.0 Français ont aliéné tous leurs droits à la communauté web 4.0 Française afin qu’elle protège leur liberté en particulier contre une puissance web 4.0 étrangère. Aussi le pacte social bionumérique est-il contredit, est-il violé, si l’obéissance à une telle puissance web 4.0 étrangère est imposée par notre souverain web 4.0 au sujet web 4.0 Français ?

Car, la part de biopouvoir de souveraineté, c'est-à-dire, la puissance haptique en environnement bionumérique nécessaire à l'aboutissant web 4.0 pour sauvegarder sa force et sa volonté à l'aboutissant web 4.0, est destiné à protéger la liberté, l'égalité, en droit civil bionumérique des sujets web 4.0, non à l’aliéner. Sinon, cela perdrait sa raison d’être. De plus, le contrat social bionumérique, n’est pas simplement un acte matériel qui crée une communauté matérielle. Il est également un acte spirituel fondé sur une croyance quasi religieuse en un être que l’on croit tout puissant, juste et « sacré » : la duale communauté (vierges et prothésés web 4.0), c'est-à-dire, le souverain web 4.0. Si cet être trahit la confiance que l’on a mise en lui, s’il ne respecte plus son engagement d’assurer la liberté, l'égalité, de ses membres, s’il les fait esclaves d’une puissance web 4.0 étrangère, alors il perd leur confiance et, du même coup, son caractère « sacré » s’anéantit. En revanche, notre souverain web 4.0 peut bien passer avec d’autres souverains web 4.0 des accords et s’obliger à les respecter. Mais ces accords doivent présenter un double caractère :

  • ils doivent procurer à notre souverain numérisé vivant certains avantages ;
  • ils doivent être compatibles avec le respect de la liberté, de l'égalité, des sujets web 4.0.

Mais, l’État-nation lui, pour des raisons qui lui sont propres, peut sacrifier l’intérêt légitime de ses membres

Il est arrivé que des citoyens lésés par une puissance étrangère ne trouvent pas dans l’État-nation le défenseur attendu. Ils ont été sacrifiés à, ce que l’on appelle, la raison d’État, c’est-à-dire, à des intérêts généraux, dont la défense implique, malheureusement, le renoncement aux intérêts légitimes des membres spoliés.

Il existe dans le monde plus d’un personnage officiel d'un État-nation qui n’hésite pas à sacrifier ces intérêts au nom d’une prétendue raison d’État, comme s’il y avait pour l’État une raison plus forte que l’intérêt de ses membres. Évoquer une prétendue raison d’État, c’est laisser entendre qu’il y a des intérêts supérieurs à ceux de ses membres, alors que, il n’existe que pour les protéger. Lorsque le moyen (l’État) devient fin, il y a perversion. Dans le monde, de multiples ambassadeurs, lorsqu’ils ont à défendre leurs concitoyens, appliquent le principe opportuniste bien connu :

  • « pas de vagues ! »

et, pour préserver des relations commerciale, politique ou même leur carrière personnelle, abandonnent leurs concitoyens agressés à leur triste sort. Mais lorsque le corps social est attaqué, les membres n’ont pas d’autre possibilité que de se porter au secours de l’État (en temps de guerre les déserteurs sont fusillés). En revanche, lorsque les membres sont attaqués, nombreux sont les États qui n’hésitent pas à les sacrifier, violant ainsi les principes qui ont institué la communauté. Par ailleurs, indépendamment d’une agression étrangère, l’État peut négliger ses devoirs, violer la loi, léser les particuliers, qu’il devrait protéger. L’État peut demander à ses agents de voler, mentir, dissimuler, tuer,… Dans les démocraties modernes, des institutions (Tribunal administratif ; Conseil d’État) permettent aux particuliers de porter plainte contre les abus de l’État qui est souvent condamné.

Dangereuse magistrature web 4.0

Observons que peu nombreuse la magistrature est plus efficace mais, plus elle s’accroît, moins elle devient dangereuse. Une petite cité pourrait se contenter de quelques magistrats. En démocratie directe, le corps politique tout entier pourrait s’en passer. Dans un grand État, l’efficacité requiert une concentration du pouvoir entre leurs mains.

Toutefois, la magistrature contient un risque dans son esprit de corps, sa volonté propre, sa tendance à confondre ses intérêts propre avec ceux de l’État, à « usurper la souveraineté » (livre III).

Dangereux corps biopolitique

Observons qu'il y a solidarité entre les membres du corps biopolitique, le corps biopolitique dans son ensemble. Cette solidarité doit être distinguée de la solidarité familiale, classique ou tribale. Cette dernière, d’ordre affectif, repose sur des croyances plus ou moins mystiques et irrationnelles que l’on peut illustrer par la pratique de la vendetta aujourd’hui en voie de disparition. La solidarité du corps biopolitique a pour principe le contrat social. Elle n’est pas affective mais rationnelle. « Ainsi, dit Rousseau, le devoir et l’intérêt obligent également les deux parties contractantes à s’entraider mutuellement, et les mêmes hommes doivent chercher à réunir sous ce double rapport tous les avantages qui en dépendent. » On voit bien l’intérêt qui en résulte pour les membres du corps biopolitique, leur liberté est protégée par la force commune. Mais quel intérêt le corps biopolitique lui-même trouve-t-il dans la solidarité qu’il manifeste à l’égard de ses membres ?

Le corps biopolitique est un être moral qui repose sur la confiance de ses membres. S’il ne défend pas leur liberté, cette confiance disparaît et avec elle le corps biopolitique. Donc, en défendant ses membres, le corps biopolitique défend sa propre existence. Ajoutons qu’ « il est impossible que le corps veuille nuire à tous ses membres » le souverain, étant constitué par l’ensemble des membres et agissant selon des lois générales, ne peut « nuire à tous ses membres », ni d’ailleurs « à aucun en particulier ». Il n’a donc « nul besoin de garant envers ses sujets ». En fait, on constate parfois que la bureaucratie totalitaire a subordonné à ses propres intérêts l’intérêt des membres de l’État, si bien que la liberté individuelle a fini par être aliénée. Nous ne sommes donc jamais assurés du respect, par l’État, de l’intérêt de ses membres.

Les Français ont besoin de garant envers la puissance souveraine

Dans et par le contrat l’1-dividu, devenu e-citoyen web 4.0, s’engage et il est tenu de tenir ses engagements. Et si tel n’était pas le cas, on peut avoir recours à la répression. Comme membre du corps biopolitique, l’existence de l’1-dividu est conditionnée par celle de tous. L’existence absolue est l’existence de l’1-dividu avant le contrat, lorsque chaque prothésé web 4.0 n’existait que pour lui-même. Après le contrat, l'1-dividu n’existe que par et pour la duale communauté. Il a une existence relative. Tout membre de la duale communauté s’engage à soumettre sa volonté particulière à la volonté générale et accepte à l’avance l’utilisation de la force, la puissance haptique en environnement bionumérique, pour le contraindre à respecter son engagement. En effet, nos sujets, sujets web 4.0, ont besoin de garant envers notre duale puissance souveraine. En effet, il n'en est pas ainsi des sujets, sujets web 4.0 envers notre dual multi-souverain, de notre duale nation, auquel, malgré le devoir, l'intérêt commun, rien ne répondrait de leurs engagements, si notre duale puissance souveraine ne trouvait des moyens légitimes et sûrs de s'assurer de leur fidélité.

Volonté particulière !

En effet, chaque sujet, sujet web 4.0 peut, comme tout citoyen, e-citoyen web 4.0, avoir une volonté, un besoin, une envie, particulière, contraire ou dissemblable, à la volonté générale publique de notre duale nation.

Intérêt particulier !

Son intérêt particulier peut être contraire ou dissemblable à l'intérêt commun de notre duale nation Française. Son existence absolue, naturellement indépendante, peut lui faire envisager ce qu'il doit à la cause commune comme une contribution gratuite dont la perte sera moins nuisible aux autres que le payement ne sera onéreux pour lui.

Regardant la personne morale qui constitue notre État-nation cybernétique schizophrenia comme un être de pure raison, étayée par la conscience, les sentiments, la cause commune, parce que ce n'est pas une personne physique, notre MicroÉtat schizophrenia jouirait des droits du citoyen, d'e-citoyen web 4.0, sans vouloir remplir les devoirs du sujet, sujet web 4.0. Injustice dont le progrès causerait la ruine du corps biopolitique.

Tout contrat implique à la fois des avantages et des inconvénients

Les uns ne vont pas sans les autres. Mais certains 1-dividus s’accommodent fort bien de jouir des avantages sans assumer les inconvénients. Ils veulent bénéficier de la télésécurité, de la liberté, de l'égalité, en droit civil bionumérique, que procure l’État-nation cybernétique schizophrenia, dans une société démocratique, sans s’acquitter de leurs obligations (impôts, service militaire, respect des lois,…) à l’égard de leur société.

En bref, évoquant toujours leurs droits, ils ne parlent jamais de leurs devoirs. Nous estimons que de tels 1-dividus doivent être contraints par la force publique à respecter leurs devoirs. Sans cela, ceux qui se conduisent correctement se sentiront lésés et perdront leur confiance dans l’État. Or, un État qui a perdu cette confiance est moribond, au bord de la « ruine ».

Tout e-citoyen web 4.0 doit avoir la garantie que, lorsqu’il respect les lois, les autres sont aussi tenus de le faire. Que s’ils désobéissent, ils seront châtiés, le châtiment pouvant aller jusqu’à la peine capitale. C’est à cette condition que le contrat, qu’il a souscrit, n’est pas un marché de dupes. Pour que ce pacte social bionumérique ne soit pas un vain formulaire, ce pacte social bionumérique renferme tacitement cet engagement, qui seul peut donner de la force aux autres engagement. Que quiconque refusera d'obéir à la volonté générale y sera contraint par tout le corps !

Quiconque refusera d'obéir à la volonté générale du peuple web 4.0 assemblé y sera contraint par tout le corps !

Ce qui ne signifie rien d'autre, sinon que le peuple web 4.0 forcera quiconque à être :

  1. libre civilisé vierge web 4.0 dans notre virginale République Française ;
  2. libre civilisé prothésé web 4.0 dans notre État-nation cybernétique schizophrenia Français.

Car telle est la condition sine qua non :

  • qui donnant chaque citoyen, e-citoyen web 4.0, à notre patrie Française ;
  • qui garantissant chaque citoyen, e-citoyen web 4.0, de toute dépendance personnelle ;

pour être :

  • grâce à une juste, active, utile, part de biopouvoir de souveraineté inaliénable et indivisible ;

libre d'être l'autorité souveraine équitable chez soi.

Condition qui fait l'artifice et le Jeu de la machine biopolitique. Condition qui seule établi en droit la légitimité des engagements civils et civils bionumérique. Engagements qui, sans cela, seraient absurdes, tyranniques et sujets aux plus énormes abus. Forcer l’1-dividu à être libre telle est l’idée sur laquelle se termine ce chapitre.

Les e-citoyens web 4.0 ont tacitement souscrit[32] à une loi fondamentale[33] en acceptant les avantages de la vie en communauté web 4.0. En contraignant les récalcitrants web 4.0 à accomplir leurs devoirs, le peuple web 4.0 les contraint à se soumettre à cette loi. Le peuple web 4.0 leur permet ainsi d’échapper à leurs passions individuelles, asservissantes, et donc d’être libres et égaux en droit civil bionumérique. C’est la raison, étayée par la conscience endogène et qui, elle, doit être stable et durable aux yeux de la (((virginale commune ; cité bionumérique))), c'est-à-dire, adéquat sur le plan scientifique, claire sur le plan conceptuel, responsable sur le plan sociobiopolitique, de chac-1 qui exige que :

  • « quiconque refuse d’obéir à la volonté générale y sera contraint par tout le corps ».

Celui qui viole la loi, alors, occulte sa conscience, accuse ses sentiments, traite avec mépris la cause commune.

C’est à notre patrie que l'e-citoyen web 4.0 se donne, non à une autre personne.

Dès lors, « la dépendance personnelle[34] » disparaît pour que la liberté, l'égalité, en droit civil bionumérique soient préservées.

Notes et références

  1. réciprocité
  2. télésécurité
  3. Double contrainte et métacommunication
  4. puissance haptique en environnement bionumérique
  5. impulsive
  6. raisonnable
  7. dual
  8. multi
  9. souverain
  10. toute l'autorité souveraine
  11. les relations interétatiques
  12. ruche
  13. maintenir notre dual multi-souverain
  14. si la volonté générale de notre dual peuple peut errer
  15. participer au maintien du bon équilibre de notre duale nation
  16. réseautage socioculturel
  17. corps biopolitique
  18. est souverain
  19. il élabore
  20. il se soumet
  21. lobbies
  22. corps intermédiaires
  23. moralité
  24. justice
  25. aliéner quelque portion de lui-même
  26. par lequel le corps de notre dual peuple Français existe
  27. Qui n'est rien ne produit rien !
  28. e-citoyen web 4.0
  29. e-citoyen
  30. corps du peuple
  31. d'e-citoyens
  32. ont tacitement souscrit
  33. loi fondamentale
  34. la dépendance personnelle

Version imprimable

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard