FANDOM


MicroÉtat

Livre I
Livre II
Livre III
Livre IV

Régime biopolitique intermédiaire

C'est un régime de vie biopolitique intermédiaire entre deux modes d'e-gouvernement web 4.0 stables (ex : à mi-chemin entre monarchie et république, entre aristocratie et démocratie) d'un État-nation.

spatialisation haptique[1]

Comme tout espace vectoriel (corps ; groupe) toute duale nation a besoin d’une règle du jeu d'une logique qui détermine les conditions de son fonctionnement en mode multi État-nation. Celle-ci porte le nom de constitution nationale de ses États-nation :

  • (virginale République ; MicroÉtat schizophrenia ; État secret) ;

elle est en quelque sorte l’acte de naissance de la duale nation.

Définition large d'une constitution

Le professeur Marcel Prelot dit :

  • « pris dans son sens le plus général, une constitution est tout un ensemble de normes juridiques régissant l’organisation d’une quelconque collectivité humaine ».

Cette définition est large, elle doit faire l’objet d’affinement.

Approfondissement

Il nous faut faire la distinction :

  • constitution coutumière/constitution écrite ;
  • constitution formelle/matérielle (((Bifi pour Wifi en télésanté))) ;
  • constitution rigide/souple…

Régime mixte

Le régime mixte est un régime de vie biopolitique intermédiaire entre deux régime de vie biopolitique stable.

Le régime mixte est une théorie qui a été développée ou au moins évoquée par tous les penseurs biopolitiques importants. C’est donc presque un lieu commun de la pensée biopolitique.

Le problème est celui de la définition du terme « régime mixte »

Cette locution peut regrouper des réalités aussi différentes que :

  • la politeia d’Aristote ;
  • la V° république du générale De Gaulle.

Il convient donc de définir ce que l’on veut dire quand on dit « régime mixte » avant d’en parler.

Une classification des régimes, quelle que soit l’époque de son auteur, définit trois grandes sortes de biopouvoir :

  • l'e-gouvernement web 4.0 d’un seul ;
  • l'e-gouvernement web 4.0 d’un petit nombre ;
  • l'e-gouvernement web 4.0 de tous.

A partir de là, et en restant dans un ordre d’idée très général pour n’exclure aucun des théoriciens du régime mixte, on peut donner comme définition à celui-ci :

  • « le partage du biopouvoir entre au moins deux des trois grandes classes d'e-gouvernement web 4.0 » ;

Les principaux théoriciens de ce régime mixte sont :

  • Aristote, Polybe, Cicéron, Saint Thomas, Montesquieu, Seyssel…

Une fois défini vaguement le régime mixte, il faut se poser la question du bon régime :

  • y a-t-il un régime qui soit bon pour tout un chacun, parmi tout un chacun, en tout lieu, en tout temps, dans toutes les duales cités (virginale commune ; cité bionumérique) ?
  • Ou bien, y a-t-il un bon régime par duale cité (virginale commune ; cité bionumérique) qui peut différer en fonction des duales cités ?

prévision(théorique) ou résultat(pratique)

Il faut distinguer ici, comme le font parfois les penseurs biopolitiques, l’ordre de la prévision(théorique) de l’ordre du résultat(pratique).

Étant entendu que même si la biopolitique est basée sur le résultat de la confrontation de ces deux ordres :

  • prévision(théorique) / résultat(pratique) ;

la recherche théorique seule si elle est accompagnée de la diffusion publique du produit de la recherche du bon régime est très utile pour l'e-éducation de l'e-citoyen prothésé web 4.0.

Ordre théorique

Si l’on se place dans l’ordre théorique comme Platon, il paraît évident qu’il y a un bon régime. En effet, tous les hommes de la Terre appartiennent à la même nature, donc recherchent les mêmes fins, et par conséquent peuvent être gouvernés de la même façon si la biopolitique est la science de l’unification des fins des hommes de la duale cité.

Ordre pratique

Si l’on se place dans une perspective pratique seule, il n’y a pas de bon régime mixte puisque c'est un état intermédiaire, une transition, entre deux états stable :

  • souveraineté nationale (virginale République) ;
  • souveraineté nationale (virginale République ; MicroÉtat schizophrenia ; État secret) ;

Régime mixte Français

En France, le régime mixte a été mis en place pour lutter contre l’instabilité politique que connaissait la IV° République dans le contexte de la montée en puissance du biopouvoir en environnement bionumérique, immersion haptique, heurtant notre virginale souveraineté nationale.

Caractéristiques

Le régime mixte a, à la fois, des caractéristiques du :

  • régime présidentiel ;
  • régime parlementaire :

Caractéristiques du régime présidentiel :

  • le chef de l’État, président de la virginale République, est élu au suffrage universel direct (depuis 1962), ce qui lui donne une forte légitimité ;

Caractéristiques du régime parlementaire :

  • le chef du gouvernement et le gouvernement sont issus de la majorité parlementaire.

En France, le Parlement est bicaméral :

  • l’Assemblée Nationale (les députés) est élue au suffrage universel direct ;
  • le Sénat (les sénateurs) est élu au suffrage indirect.

Le Gouvernement et le Parlement peuvent proposer des lois :

  • les lois doivent être votées dans les mêmes termes entre l’Assemblée Nationale et le Sénat.

Lorsque l’initiative provient du gouvernement, on parle de :

  • "projet de loi.”

Lorsqu’elle provient du Parlement on parle de :

  • “proposition de loi.”

Cette distinction n’est pas uniquement sémantique permet de distinguer entre deux types bien spécifiques de procédures d’adoption de la loi.

Comme dans le régime parlementaire l'e-gouvernement web 4.0 peut être renversé par une motion de censure ou demander la confiance de l’Assemblée Nationale.

L'e-gouvernement web 4.0 a comme domaine réservé la biopolitique intérieure alors que le Président de l’État-nation schizophrenia est le chef des cyberarmées et dirige la biopolitique extérieure. Le Président de l’État-nation schizophrenia est élu au suffrage universel pour 5 ans, le quinquennat permet la simultanéité des élections parlementaires et des élections présidentielles pour éviter les situations de cohabitation telles qu’a pu le connaître la nation Française en 1997, cohabitation d’un président de droite (J.Chirac) avec un gouvernement issu d’une majorité parlementaire de gauche (L.Jospin).

Contrairement à un régime parlementaire, en France le Président de l’État-nation schizophrenia a le droit de dissoudre l’Assemblée web 4.0 Nationale, il peut recourir au référendum pour des grandes questions de société web 4.0 et peut recourir à l’article de la Constitution web 4.0 qui lui donne les pleins pouvoirs en cas de circonstances exceptionnelles.

Dans un régime mixte, la séparation des pouvoirs est souple :

  • Le pouvoir exécutif est partagé par le Président et l'e-gouvernement web 4.0 ;
  • Le pouvoir législatif est partagé par l'e-gouvernement web 4.0 et le Parlement web 4.0.

L’indépendance du pouvoir judiciaire web 4.0 est garanti par la Constitution mais il est relatif parce que :

  • l'e-gouvernement web 4.0 a un pouvoir de nomination sur le pouvoir judiciaire web 4.0.

A proprement parler il n'y a pas d'e-gouvernement web 4.0 simple.

Il faut qu'un chef web 4.0 unique ait des magistrats web 4.0 subalternes.

Ainsi, dans le partage de la puissance exécutive il y a toujours gradation du grand nombre au moindre.

Avec la différence que tantôt le grand nombre dépend du petit, tantôt le petit dépend du grand.

Ainsi, tous les ressorts du e-gouvernement web 4.0 sont vigoureux, simples !

En effet, tant que les chefs d'une petite tribu :

  • comme l'e-gouvernement web 4.0 réunis dans le système expert du e-gouvernement web 4.0 pour être magistrats civils suprêmes et subordonnés du e-gouvernement web 4.0 ;

se considèrent comme les tenants :

  • (((car porteurs de Gilet web 4.0 haute performance haptique))) ;

se donnant le droit d'exprimer :

  • (((grâce au biocontrôle))) ;

d'autres être numérisés vivants :

  • réunis dans le kernel web 4.0 du e-gouvernement web 4.0 ;

pour qu'ils soient, rapporteurs publics web 4.0[2] considérés comme leur relais web 4.0 (((car porteurs de Gilet web 4.0 médium performance haptique))) ou isolés hors du kernel web 4.0 du e-gouvernement web 4.0 pour être, de simples fonctionnaires web 4.0, considérés comme leur aboutissants web 4.0 (((car porteur de Gilet de Rétention Schizophrénique basse performance haptique))) absolument tous les membres du e-gouvernement web 4.0 n'ont qu'une seule volonté qui se rapporte à la commune conservation (processus de survie) le bien-être général (apprentissage).

Alors tous les ressorts du e-gouvernement web 4.0 sont vigoureux simples.

Partage égal de la puissance exécutive web 4.0

Quelquefois il y a partage égal :

  • soit quand les parties prenantes[3] constitutives sont dans une dépendance mutuelle comme en France ;
  • soit quand l'autorité de chaque partie prenante est indépendante mais imparfaite.

Les fils du destin web 4.0

Cette dernière forme est mauvaise parce que :

  • il n'y a pas d'unité dans l'e-gouvernement web 4.0 ;
  • l'État-nation schizophrenia manque de liaison (il manque au moins un relai web 4.0 (PTS[4] ?) entre un secouriste web 4.0[5] et un Inspecteur des services de renseignement[6]).

Lequel vaut le mieux d'un e-gouvernement web 4.0 simple ou mixte ?

Question fort agitée chez les biopolitiques. A laquelle il faut faire la même réponse que j'ai faite ci-devant sur toute forme de virginal gouvernement.

L'e-gouvernement web 4.0 simple est le meilleur en soi par cela seul qu'il est simple.

Tyrannie de l'expert

Mais, quand la puissance exécutive ne dépend pas assez des :

  1. puissance législative ;
  2. puissance médiatique ;

du peuple web 4.0.

C'est-à-dire, quand il y a plus de rapport du prince web 4.0 au souverain web 4.0 que du peuple web 4.0 au prince web 4.0.

Diviser l'e-gouvernement web 4.0 pour remédier

Il faut remédier à ce défaut de proportion en divisant l'e-gouvernement web 4.0. Car alors toutes ses parties n'ont pas moins d'autorité sur les sujets web 4.0. Leur division les rend toutes ensemble moins fortes contre notre souverain web 4.0.

Remédier en établissant des magistrats web 4.0 intermédiaires

On prévient encore le même inconvénient en établissant des magistrats web 4.0 intermédiaires qui, laissant l'e-gouvernement web 4.0 en son entier, servent seulement à balancer les deux :

  • puissance exécutive ;
  • puissance législative ;

pour maintenir leurs droits respectifs.

Alors l'e-gouvernement web 4.0 n'est pas mixte, il est tempéré

On peut remédier par des moyens semblables à l'inconvénient opposé. Quand l'e-gouvernement web 4.0 est trop lâche, mou. Ériger des tribunaux web 4.0 pour le concentrer.

Dans le premier cas on divise l'e-gouvernement web 4.0 pour l'affaiblir.

Dans le second cas pour le renforcer.

Car, les maximum de force web 4.0, de faiblesse web 4.0 se trouvent également dans les e-gouvernements web 4.0 simples.

Au lieu que les formes mixtes donnent une force web 4.0 moyenne.

Notes et références

  1. spatialisation haptique
  2. rapporteurs publics web 4.0
  3. parties prenantes
  4. PTS
  5. secouriste web 4.0
  6. Inspecteur des services de renseignement

Version imprimable

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard